publicité

Landing pages : Les secrets à savoir

Landing pages : Les secrets à savoir 0


Écrit et publié par : Éric St-Gelais.

Sources : Éric St -Gelais Web Design & Intégration Multimédia    https://www.journaldunet.fr , https://www.codeur.com

Image à la Une : https://bootstrapmade.com


Définition des Landing pages (pages d’atterrissage) :

Source : https://www.journaldunet.fr/business/dictionnaire-du-marketing/1198313-landing-page-definition-traduction/

Une landing page, ou page d’atterrissage en français, est une page isolée d’un site Internet. Elle est destinée à être celle sur laquelle arrive un internaute, après avoir cliqué sur un lien externe. Il s’agit le plus souvent d’un lien commercial (e-pub, newsletter, mot clé) ou d’un lien de contact. Pour être efficace, la landing page, contrairement au reste du site, doit conduire l’internaute à exécuter une seule action. L’objectif d’une landing page optimisée est souvent de faire réaliser un achat ou de recueillir les coordonnées de l’internaute. Par ce biais, celui-ci peut donc devenir client ou prospect.
Si l’objectif est de faire réaliser un achat par le visiteur. La landing page comporte un bouton afin d’ajouter le produit au panier et de procéder au paiement en ligne. Si l’objectif est de collecter des données clients, la landing page propose un formulaire à remplir

*** N.B.****

Une Landing page n’est pas nécessairement la page d’accueil de votre site Web
Les landing pages (pages d’atterissage) sont essentielles et incontournables afin d’obtenir de futurs prospects sur le Web.
Qu’il s’agisse de télécharger votre dernier album musical, livre blanc, roman, peu importe les données.
Qu’il s’agisse d’acheter l’un de vos produits ou obtenir vos services spécialisés. Cette page se doit être assez puissante et complète afin d’inciter l’internaute de faire une action (et le persuader de ne pas cliquer sur « Retour en arrière »).
Voici une étude d’Unbounce, résumée en 
une infographie, elle ’intéresse aux principaux facteurs qui aident au taux de conversion des landing pages (pages de d’atterrissage).

Voici les secrets à connaître.

1. Placez moins de liens, c’est bien

L’étude d’Unbounce débute par un regard comparatif entre le taux de conversion moyen des landing pages (pages de d’atterrissage) et le nombre de liens qu’elles comportent.

Le résultat est sans appel : les pages d’atterrissage avec un seul lien ont le taux de conversion à 13, 50 %, contre 10, 50 % pour les pages d’atterrissage ayant plus de 5 liens .
Cependant, la majorité des pages étudiées possèdaient plus d’un lien : il y a donc encore une belle évolution en cette matière.

2. Optimisez vos images sur vos Landing pages

Une page d’atterrissage trop lourde et lente à charger va fort probablement faire décamper plusieurs visiteurs. Les images qui sont trop lourdes, en autre, ont une grande influence sur le chargement et ainsi sur le taux de conversion.

Alors, les landing pages (pages d’atterissage) comprenant des images trop lourdes (plus de 1 Mo) donnent un taux de conversion de 9, 80 % en moyenne, contre 11, 40 % pour celles qui utilisent des images optimisées.
Outre la lourdeur de vos images, le choix de vos visuels et la façon dont ils sont présentés sur votre page d’atterissage ont une grande importance sur le taux de conversion des visiteurs.

3. Il est essentiel d’avoir des preuves

Faire toutes sortes de promesses à vos visiteurs, c’est OK, mais cependant, c’est encore mieux si vous donnez des preuves afin de valider vos dires.

Photos, images et témoignages de clients, publications de followers sur les médias sociaux… Ces contenus sont très prisés et performants afin d’obetenir la confiance des internautes. Leur présence fait d’ailleurs passer le taux de conversion moyen de 11, 40 % à 12, 50 %.


4. Les sources de trafic vers vos Landing pages

Afin d’arriver sur une page d’atterrissage, un internaute peut emprunter différentes sources de trafic . Il y a via les médias sociaux, via les résultats naturels dans les moteurs de recherche, etc. Cependant, toutes ces sources de trafic ne se valent pas en termes de conversion.

Le marketing par courriel (emailing) est le source la plus performante, avec 13 % de taux de conversion, talonné par le trafic direct (11, 8 %) et les médias sociaux (11, 4 %).
Le trafic naturel (11, 2 %) et les liens que vous payez (sponsorisés) (10, 7 %) sont au bas du classement.

5. Une page d’atterissage pour la mobilité (mobile-friendly)

Depuis que le trafic mobile a dépassé le trafic sur ordinateur, vos landing pages ne peuvent pas se permettre de ne pas être “responsive”.

Comme preuve, le taux de conversion des pages responsives pour mobiles est de 11, 70 %, contre 10, 70 % pour les autres.


6. Les mots

De façon générale, plus une page d’atterrissage est complète et concise, plus elle a de chances de convertir les internautes.

Comme l’illustre ce graphique, quel que soit le secteur, les pages comptant moins d’une centaine de mots sont les plus efficaces.

Pour en savoir plus, voici l’infographie complète :

https://www.codeur.com/blog/wp-content/uploads/2018/04/etude-landing-page-unbounce.jpg

Vous avez des questions ou des commentaires sur ce sujet? Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.

Twitter ou Facebook : lequel choisir pour votre PME ?

Twitter ou Facebook : lequel choisir pour votre PME ? 0

Écrit et publié par : Éric St-Gelais.

Sources : Éric St -Gelais Web Design & Intégration Multimédia

www.codeur.com , https://www.blogdumoderateur.com

Image à la Une : courtoisie de 
 Éric St -Gelais Web Design & Intégration Multimédia


Twitter ou Facebook : Nous le savons tous, c’est sur les médias sociaux que peut se faire connaître une marque. La plupart des communications se font :
  • 1. Soit sur Facebook.
  • 2. Soit sur Twitter, selon vos activités et votre audience cible.
Puisque que Facebook relie et connecte les usagers entre eux. Mais cependant, Twitter lui, est surtout fréquenté pour propulser ses idées ou des informations directement en temps réel. Celui-ci est moins utilisé pour communiquer et partager des photos, des vidéos, des messages stupides et prémâchés etc.. Entre membres d’une même communauté, d’une famille ou entre simplement des amis. Twitter est tout l’opposé de Facebook.

Alors, comment savoir quel réseau social vous convient le mieux ? Devez-vous réellement choisir entre
Facebook et Twitter ?


Les médias sociaux en chiffres…

Sur le nombre de membres, le morceau de robot va à Facebook avec ses 2,2 milliards d’utilisateurs actifs dans le monde entier, contre seulement 335 millions pour Twitter.

Si vous avez l’ambition de conquérir le monde, le choix est clair. En revanche, si votre marque de commerce, vos produits et vos services s’adressent à un jeune audience, un public plus jeune. Dès cet instant, vous devez revoir votre choix. En France, 38 % des usagers ont entre 15 et 34 ans et seulement 28 % des internautes sont âgés de 35 à 49 ans.

En revanche, 65 % des personnes de plus de 50 ans préfèrent Facebook. Cette plateforme est de plus en plus oublié par les plus jeunes qui se dirigent davantage vers Instagram ou Snapchat.


L’engagement des internautes sur Twitter ou Facebook

La quantité d’usagers n’e fait pas la qualité du média. Pour faire un meilleur choix, vous devez connaître les raisons d’utilisation d’un média social et la fréquence de connexion de ses membres.

Facebook est le plus addictif comparé à Twitter. Ses membres se rendent sur la plateforme au moins 8 fois dans la journée. Il est donc le plus engageant.

Toutefois sur Twitter, 46 % des utilisateurs s’y connectent à tous les jours. Ses membres sont en grande partie des journalistes, des politiciens, des stars et des professionnels. En fait, Il est une source d’information essentielle : 74 % des twittos avouent s’informer sur cette plateforme.

Twitter offre 16 % des redirections provenant des médias sociaux pour les articles plus longs et 14 % pour les articles plus courts.


L’utilité et l’usage des médias sociaux

Twitter est incontournable afin de communiquer très rapidement avec les consommateurs. Avec ses 280 caractères autorisés pour un seul tweet. Il est difficile, même impossible de bombarder et distraire vos followers (membres qui vous suivent) avec du contenu trop large. Mais toutefois, si vous avez des conseils pratiques et rapides, des promos instantannées ou même des informations exclusives à partager sur vos produits et services avec votre audience, Twitter est tout a fait celui dont vous avez besoin.

Cependant, seule ombre au tableau, la mise à jour perpétuelle du fil d’actualité diminue grandement la longévité de votre message et rend pénible l’engagement autour d’un seul tweet. Néanmoins, vous pouvez retweeter vos articles quatre(4) ou cinq(5) fois par jour. Et même, à des jours et des heures différentes, afin d’augmenter sa visiblité et sa portée.

En revanche, avec Facebook, vous vous engagez en profondeur avec le public et vos followers (membres qui vous suivent). Vos publications s’afficheront plus longtemps dans le fil d’actualité. Le format vous offre de répondre à toutes les questions des internautes. Il permet de créer un forum de discution et ainsi, de dialoguer plus longtemps avec votre audience.

Vous pouvez plus aisément modifier et diversifier vos contenus afin d’offrir de réelles conseils, des tutoriels, du recrutement, des formations… Et surtout bien promouvoir de façon plus détaillée vos produits et services.


$$ La publicité payante sur Facebook $$

Avec sa grande multitude d’usagers, Facebook demeure toujours : ” LE ” meilleur média social pour faire de la publicité. Il offre beaucoup d’outils de ciblage très efficaces selon les centres d’intérêt recherché, les comportements d’achat, position géographique, l’âge, le genre, le niveau d’éducation etc… Vous avez aussi plusieurs possibilités de formats qui répondent chacun à des objectifs précis.

Mon conseil :

Il vous faut faire de la publicité afin d’augmenter le trafic sur votre site Web, générer des clics et des conversions, récolter des adresses couriels, accroître votre notoriété sur les moteurs de recherche, inciter au dialogue…


$$ Publicité sur Twitter $$

Par contre, sur Twitter, l’outil publicitaire est pas mal moins développé. Vous pourrez aussi viser les usagers selon leurs centres d’intérêts, comportement d’achat, données démographiques etc… Mais les ventes directes seront très difficiles.

Avec Twitter, vous devrez orienter vos messages publicitaires vers l’entrée de votre entonnoir de conversion. Le but, est de générer des actions dirigées que vous devrez ensuite transformer en futurs prospect et clients, via vos autres stratégies et vos autres médias.


CONCLUSION :

Facebook ou Twitter ?

Cette décision dépend de votre public cible

QUESTION : Qui sont vos réels prospects ?

Cette décision dépend aussi de vos buts et objectifs

QUESTION : Qu’attendez-vous d’une stratégie social media ?

Et enfin, aussi des formats utilisés (Images , textes, vidéos, stories etc..)

Tout dépend de ce que vous devez proposer afin de convaincre votre audience.


Vous devez absolument utiliser ces deux(2) médias sociaux. Mais cependant, de manière différente. Vous devez tenir un format différent et une ligne éditoriale différentes sur chacun d’eux.


Vous avez des questions ou des commentaires sur ce sujet ?
Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.


Publicité Facebook : Quatre erreurs à ne pas faire

Publicité Facebook : Quatre erreurs à ne pas faire 0

Écrit et publié par : Éric St-Gelais.

Sources : Éric St -Gelais Web Design & Intégration Multimédia ,  https://fr.semrush.com, www.codeur.com, CÉFRIO

Image à la Une : courtoisie de https://fr.semrush.com 


Si votre publicité Facebook n’est pas aussi performantes que prévu, c’est surement parce que vous faites l’une des erreurs suivantes. Corrigez votre tir afin de tirer profit de tous les avantages des Facebook Ads.


Votre publicité Facebook est-elle moins performantes que prévu ? Vous désirez les améliorer afin d’augmenter votre retour sur investissement ?

Découvrez ces 4 erreurs de performance les plus en vogue et remédiez-les afin de tirer tout les bénifices de votre stratégie Facebook Ads !


1. Le plafond de vos enchères est peu élevé

Vos plafonds d’enchère démontrent, à votre publicité Facebook, la montant maximum que vous désirez dépenser afin d’obtenir les résultats escomptés (clics, impressions, achats…).

Vous devrez les utiliser pour des campagnes qui proposent des services ou des produits à prix fixe. Cependant, ils peuvent aussi infuer sur les performances de votre campagne Facebook Ads. Si vous sous-estimez la valeur du résultat souhaité. Mon conseil est : Augmentez votre plafond d’enchères pour augmenter la visibilité de votre annonce. Vous dépenserez votre budget beaucoup plus vite. En revanche, vous obtiendrez davantage de conversions.


2. Vos investissements sur votre publicité Facebook sont mal déployés

Facebook vous permet de bien distribuer votre budget de campagne également entre plusieurs de vos séries Facebook Ads. Ceci peut sembler correct jusqu’au jour l’une de vos pubs soit moins efficace et performante que d’autres…

Peu importe la performance de vos publications, Facebook continuera à dséparer votre budget de façon égale. Mon avis est : Sélectionnez l’option « Optimisation du budget de campagne » au moment de la création de votre campagne.

publicité Facebook
Publicité Facebook

3. Vous êtes votre propre compétiteur…

Comment la publicités Facebook fonctionne-t’elles? Vous participez à une vente aux enchères en ligne afin de donner la chance à votre auditoire cible de cliquer (ou d’effectuer toute autre action) sur votre publicité. Vous payez dès que quelqu’un pose cette action. De ce point de vue, votre concurrence estdirectement vos autres annonces qui ciblent également le même auditoire que celle-ci.

En premier lieu, vous ne devriez jamais enchérir contre vous-même. À moins que, vous ne placiez des campagnes avec exactement le même auditoire cible .

Attention!!!

Au moment où vous visez deux fois le même auditoire avec plusieurs autres campagnes (sur la même période de temps). Ainsi, vous devenez en concurrence directe avec vous-même !

Au moment que cela survient, votre publicité Facebook devient moins efficace. C’est encore plus vrai, surtout si vous avez aussi fixé un plafond d’enchères pour tous vos annonces. Certaines de vos annonces risquent de ne pas être vues par les internautes. Mon conseil est : Ne ciblez pas les mêmes auditoires en même temps avec plusieurs de vos annonces publicitaires.

Advenant que vous devez le faire, usez des audiences personnalisées de Facebook Ads afin d’exclure des segments en fonction de leur interaction (ou absence d’interaction) avec vos annonces, messages, pages ou sites Web.

4. Trop !!! C’est comme pas assez !

Les usagers de Facebook voient des tonnes de publicités. Ils sont souvent écoeuré d’être exposés à toute cette pub, alors qu’ils désirent tout simplement se détendre et se divertir. Dès qu’ils aperçoivent plusieurs fois la même rangaine. Ils peuvent facilement vous bloquer et rejeter votre offre.

Résultat : le prix de votre pub augmente, et les conversions baissent.

Les annonces qui recherchent un auditoire restreint ou qui sont visibles plus longtemps commenceront à voir cet événement se produire. Mon conseil est : Illiminez votre audience au fur et à mesure qu’elles se déplacent .

Premièrement, créez des annonces grâce à des auditoires cibles personnalisés basés sur des interactions et avec un message spécifique, ensuite, assurez-vous d’exclure ces auditoires dès qu’elles ont fait leur route dans votre tunnel de vente.

Autrement dit : construisez votre publicité Facebook d’après trois(3) cibles majeures :

1. Les internautes en phase de découverte,

2. Ceux en phase de réflexion

3. Ceux qui sont prêts à acheter.

** Lire ausssi… :
Les 7 règles d’or pour créer une publicité Facebook remarquable !




Enfin bref…

En regardant de près ces quatre(4) erreurs courantes, le retour sur votre investissement de votre publicité Facebook sera bien plus efficace !

Si vous avez besoin d’aide afin d’optimiser votre campagne Facebook Ads, consultez un proffessionnel du Web dès maintenant.https://www.ericstgelais.net/


Vous avez des questions ou des commentaires sur ce sujet ?
Alors n’hésitez donc pas à compléter notre article avec vos propres conseils en commentaires 
Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.
Vidéo sur Facebook : 7 astuces pour les réutiliser

Vidéo sur Facebook : 7 astuces pour les réutiliser 0

Écrit et publié par : Éric St-Gelais.
Sources :Éric St -Gelais Web Design & Intégration multimédia, https://codeur.com, https://marketingland.com, https://digiday.com
Image à la Une : courtoisie de Éric St -Gelais Web Design & Intégration multimédia

La vidéo sur Facebook : faire l’usage des médias sociaux est devenu un incontournable afin de se faire connaître et remarquer auprès des internautes. Évidemment, une présence sur un média social comme Facebook est nécessaire.

Votre ligne éditoriale et votre calendrier doit comprendre des vidéos publiées sur d’autres plateformes populaires (YouTube, Vimeo, votre propre site internet même, etc. …) ?

Il faut savoir qu’il y a des règles à suivre afin de les publier également sur Facebook et atteindre vos buts et objectifs.


Effectivement, vous devez asbsolument adapter votre vidéo aux spécificités du média social. Comment l’adapter au mieux ? Voyez mes sept astuces !


1 : Choisir un bon titre percutant et écrire une petite description

Toute vidéo publiée sur FB doit absolument posséder un titre. Ce titre se doit d’être court tout en étant net, précis, explicite et percutant.

Il est impératif que votre titre soit accompagné d’une petite description de la vidéo, elle est aussi percutante et amène à la curiosité.

Ces simples informations encouragent les usagers à visionner en entier la vidéo dès qu’elle apparaît dans le fil d’actualité, mais aussi dans la partie « vidéos » de votre profil.


2 : Choisir la bonne durée de vidéo

Sur les médias sociaux, on surfe, on roule, nous recherchons presque tous l’instantannéité ! Autrement dit, on ne s’éternise pas.

Les usagers de Facebook, qu’ils soient sur téléphone intelligent, tablette ou sur leur PC et leur Mac, passent sur chaque contenu à une vitesse indescriptible, surtout s’ils ne recherchent rien en particulier.

En revanche sur YouTube, les utilisateurs viennent pour visionner de la vidéo. Ils acceptent plus facilement les clips de longue durée.

Maintenant, les vidéos démarrent automatiquement sur Facebook. Elles peuvent être perçues comme une nuisance, surtout si elles durent trop longtemps.


Mon conseil

Pour ne pas être passée avant même d’être regardé, vous devez réduire la durée de votre vidéo à environ 30 secondes.


3 : Un début attirant l’attention

Comme je viens de le mentionner, les clips sur FB se démarrent automatiquement.

Afin d’attirer une bonne audience, il est impératif de réaliser une introduction très percutante.

Il faut moins de trois secondes à un internaute pour se décider à poursuivre le visionnement d’une vidéo !


4 : Placer des sous-titres sur vos vidéos

Sur Facebook, 85 % des vidéos sont visionnées sans activer le son.

Vous devez donc ajouter des sous-titres afin de faciliter leur compréhension et inciter à l’action ! Ceux-ci sont  indispensables afin de faire passer votre message.

5 : Ajouter des graphiques

Parce que plusieurs personnes n’écouteront pas la bande-son de votre vidéo, vous devrez y inclure des visuels, tels des graphiques, des schémas ou des infographies.

Clairs, nets et précis, ils aident grandement à une meilleure compréhension de votre message.

6 : Choisir la bonne image en vignette miniature

Toutes vidéo possède une vignette associée.

Bien évidemment, cette vignette doit attirer l’œil et encourager l’internaute à cliquer pour voir la vidéo, surtout s’il se rend dans la section “vidéo” de votre page.


7 : Choisir un format carré de votre vidéo sur Facebook

Les vidéos destinées à être publiées sur Facebook doivent idéalement avoir un format carré.

Ainsi, elles seront plus agréables à regarder sur tous les supports. Les utilisateurs de smartphones n’auront pas à incliner leur téléphone. C’est un détail, mais ça compte !

En respectant ces bonnes pratiques, vos vidéos Facebook auront une meilleure portée et susciteront l’engagement. Vous pourrez alors accroître votre visibilité… et vos conversions !


Infolettre : faire ces vérifications avant son envoi

Infolettre : faire ces vérifications avant son envoi 0

Écrit et publié par : Éric St-Gelais.
Sources :Éric St -Gelais Web Design & Intégration multimédia, https://codeur.com, https://www.redacteur.com,  
Image à la Une : courtoisie de Fotolia

L’ infolettre est indispensable à votre stratégie numérique. L’ infolettre permet de partager aisément votre contenu et de demeurer en contact avec votre clientèle, vos lecteurs et vos prospects. Sa réalisation ne doit donc être prise au sérieux. 

Peut-être êtes-vous quelque peu stressé lors de l’envoi de votre infolettre. Votre message sera-t-il accessible pour tous vos abonnés ? Êtes-vous certain d’avoir inséré des liens sur tous vos boutons ?

Professionnel en marketing par courriel, la société Moosend a créé une infographie que vous ne pourrez plus vous passer et qui va nettement diminuer votre stress. Je vous la présente en y ajoutant quelques commentaires.

Voyez toutes les vérifications que vous devez effectuer avant d’envoyer votre infolettre à vos abonnés et vos listes de courriel. 


Faîtes une bonne première impression avec votre infolettre

Votre vérification initiale va valider l’apparence globale de votre infolettre, un  “template (modèle)” que vous  réutiliserai tout au long de votre campagne.

Pour le design, vous vérifierai que vos typographies se marient bien entre elles. Si vous hésitez entre plusieurs choix, et pour être convaincu de bien choisir, il ne faut pas hésiter à faire de l’A/B Testing en comparant vos différentes versions.

Autre aspect très important à prendre en considération : évitez à tout prix les « Dot not reply » car les usagers peuvent vous répondre s’ils ont des questions ou simplement s’ils désirent réagir à votre contenu. En leur offrant la chance de vous contacter vous recueillerai plus facilement les feedbacks.

Surtout ne pas oublié, selon votre cible et/ou le sujet de votre infolettre, vous pouvez utiliser différentes adresses courriels lors de l’envoi. En personnalisant ce paramètre et en le rendant cohérent avec votre infolettre vous améliorez grandement vos chances d’augmenter votre taux d’ouverture.

verification-infolettre-set


Tenez à jour vos listes de diffusion

Certainement vous avez un contenu ultra intéressant à diffuser et il serait déprimant que votre contenu n’arrive pas jusqu’à la boîte de réception de vos abonnés.

Votre infolettre doit être envoyée aux bonnes personnes. Si vous envoyez plusieurs types d’infolettres, vous pouvez créer plusieurs listes de diffusion   et choisir celle adaptée à votre thématique lors de chaque envoi.

Tenez à jour vos listes de diffusion en supprimant les courriels qui n’existent plus, les adresses des personnes ne souhaitant plus recevoir votre infolettre, etc. En vous effectuant régulièrement ce petit ménage, vous augmenterez vos statistiques, surtout le taux de rebond.

Enfin bref,  soyez certain d’envoyer votre infolettre qu’aux personnes qui se sont réellement inscrites pour la recevoir. Ce dernier conseil est très important et primordial.

checklist-infolettre-moving


Soignez l’esthétique et la présentation de votre infolettre

Bien que vous avez fait toutes les vérifications nécessaires afin que votre infolettre parvienne à plus d’abonnés possible. Portez une attention particulière sur la présentation de votre infolettre.

Débutez en vérifiant que votre infolettre possède un titre accrocheur. Le but ultime est de susciter la curiosité afin de donner envie à vos abonnés d’ouvrir votre message et lire votre contenu.

Vérifiez que vous avez ajouté suffisamment de boutons ( call action ) afin d’inciter vos abonnés à passer à l’action. D’ailleurs, pour améliorer vos futures infolettres vous devrez évaluer le taux de clics sur chacun de ces boutons. Il est donc indispensable d’ajouter des balises UTMs à la fin de vos URLs. Pour que Google Analytics puisse tracker les clics.

D’autres éléments incontournables doivent apparaître dans votre infolettre :

  1. De bonnes images de qualité pour lesquelles vous avez bien renseigné des balises Alt,
  2. Une partie contact,
  3. Des liens vers vos différents médias sociaux,
  4. Un lien pour se retirer de la liste.

Enfin bref, je ne le dirai jamais assez, mais votre infolettrer doit être responsive pour que vos abonnés puissent consulter votre contenu quel que soit la plateforme utilisée.

infolettre -checlist-fancy


Testez votre infolettre

Votre infolettre est presque terminée. Cependant, vous devez encore la vérifier et valider à quoi ellele rendu selon les types de messagerie utilisés.

Effectivement, visuellement un courriel présenté de la même façon sur Gmail, Outlook ou autres applications Mail. Vous devrez donc peut-être faire quelques légers changements afin d’optimiser l’apparence de votre infolettre.

Le meilleur technique pour tester l’intégralité de votre infolettre est de vous l’envoyer. Vous pourrez valider que les images s’affichent adéquatement et que tous vos liens fonctionnent bien.


infolettre verification-news-test


Préparez l’envoi de votre infolettre

Votre infolettre est prête à être diffusée ?

Validez qu’elle est bien programmée, et ce, au bon moment.

Vous pourrez aussi vous permettre d’en faire la promotion sur vos médias sociaux. Vous allez créer l’intérêt et un rendez-vous afin de donner envie à tout ceux qui ne sont pas encore abonnés de s’inscrire à votre infolettre.

envoi- infolettre -verifications


Ne manquez pas le bateuau !

Plus que quelques instants avant l’envoi de votre infolettre… Validez que vous faites parti de la liste de diffusion. Vous pourrez ainsi vous appercevoir si l’heure d’envoi est bien adaptée et vous obtiendrez une meilleure impression de l’expérience utilisateur que vous proposez.

apres-envoi- infolettre

En validant avec attention l’ensemble des éléments mentionnés ci-avant. Vous obtiendrez une infolettre de qualité, vous offrant ainsi de meilleurs taux de d’ouvertures et de clics.


Vous avez des questions ou des commentaires sur ce sujet ?

Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.


La pratique commerciale trompeuse… À éviter!

La pratique commerciale trompeuse… À éviter! 0

Écrit et publié par : Éric St-Gelais.
Sources : Éric St -Gelais Web Design & Intégration Multimédia, https://www.facture.net,
Image à la Une : courtoisie de http://www.artisan-aquitain.fr

Ne pas dire la vérité sur la qualité ou l’origine de vos produits et services ou monter vos prix avant de débuter une offre ou une promotion entrent dans la pratique commerciale dite trompeuse et est totalement interdite par la loi aux consommateurs

En effet, cela peut ruiner vos bonnes relations avec vos clients.


La pratique commerciale au sens de la loi

Selon la loi de la protection aux consommateurs, une pratique commerciale comprenderait tous les actions liées au commerce proprement dit : la publicité, les communications, la prospections etc. En effet, tous les actes ou omissions (non divulgation) destinées à promouvoir, vendre un produit ou un service à un consommateur. Où même tromper les consommateurs. Le service après-vente dans son entièreté, fait aussi partie des pratiques commerciales.


Une pratique commerciale trompeuse … C’est quoi ?

Il s’agit de l’ensemble des techniques de vente fondée sur des informations trompeuses, mensongères ou irrréalistes mais dont le sens réel fait place à la libre interprétation.

Les pratiques commerciales sont jugées trompeuses si elles conduisent à l’erreur les consommateurs et si elles laissent croire à un pseudo lien avec un produit ou une entreprise concurrente.

Exemples de pratiques commerciales trompeuses :

  • Mentir sur l’état de votre stock pour simuler une situation d’urgence
  • Exagérer les qualités du produit et les bénéfices apportés aux consommateurs
  • Augmenter le prix d’un article avant de la proposer en promotion à son prix habituel
  • Ne pas tenir vos engagements une fois la vente conclue
  • Manquer de transparence sur l’identité du commerçant ou de l’entreprise

Un commerçant ne peut pas :

  • Attirer le client avec une offre qui n’est pas disponible à la vente
  • Proposer un crédit sans frais sans vérifier la solvabilité du client
  • Mentir sur la composition ou les ingrédients d’un produit
  • Inventer ou amplifier les qualités d’un produit
  • Présenter un visuel trompeur
  • Mentir sur la méthode de fabrication (tarte faite maison, alors que c’est de l’industriel)
  • Omettre certains détails sur les conditions d’utilisation pour arriver au rendement promis
  • Faire croire à une liquidation pour attirer les clients
  • Mentir ou embellir ses compétences professionnelles (diplômes, expérience…) et s’en servir pour vendre


Qu’est-ce qu’une bonne offre commerciale ?

Afin d’être en loi, une offre commerciale doitabsolument posséder plusieurs éléments. Ces même éléments permettent d’assurer le consommateur d’une bonne pratique de vente.

Voici la liste des éléments qui doivent absolument paraître dans vos publicités :

  • Une description du bien ou du service à vendre
  • Les coordonnées du vendeur
  • Les prix TTC ainsi que les autres frais que l’achat va engendrer
  • Les moyens de paiement, de livraison et de retour
  • La possibilité pour le consommateur de se rétracter (la loi l’exige)

Ces règles commerciales sont pour qui ?

Ces règles s’appliquent à tous les professionnels du commerce. Dans le cas d’une transaction de particulier à particulier, les vendeurs ne sont soumis à ces règles.

Ce que vous devez absolument savoir, c’est que ces règles peuvent prêter à différentes interprétations selon la compréhension que l’on en a. Le code de la consommation précise que « l’appréciation se fait au regard de la psychologie du consommateur moyen ». Par consommateur moyen, on entend une personne capable d’un raisonnement attentif lors d’une action délibérée.

En cas de dérogation à ces règles, le commerçant mis en cause encourt des sanctions pénales. Il peut de plus, être privé de son droit d’exercer.


Vous avez des questions ou des commentaires sur ce sujet ?

Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.

Vidéo d’entreprise : Six bonnes raisons d’en créer une

Vidéo d’entreprise : Six bonnes raisons d’en créer une 0

Écrit et publié par : Éric St-Gelais.
Sources : Éric St -Gelais Web Design & Intégration Multimédia, https://graphiste.com,
Image à la Une : courtoisie de http://gogetas.com/video-production/

Vidéo d’entreprise : afin que votre entreprise se démarque des autres et surtout de votre concurence. Vous avez surement déjà effectué plusieurs actions : site Web, présence sur les médias sociaux et diversification de vos communications et publicité.

Cependant, utilisez-vous assez la vidéo ? Je ne le mentionnerai jamais assez, nous sommes maintenant entrés dans l’ère de l’image et de la vidéo. Vous vous devez donc exploiter ce filon comme support le plus possible. C’est votre image de marque.

Plusieurs types de clips vidéos existent, mais je vais me pencher sur la production de vidéos d’entreprise.

En premier lieu : Qu’est-ce qu’une vidéo d’entreprise ?

Comme son appellation, la vidéo d’entreprise (ou film corporate) vous permet de présenter votre entreprise. Vous pouvez mettre en valeur vos produits, vos services, votre histoire, vos activités, vos valeurs etc. Mais l’objectif principal, est de communiquer avec les gens.

Il suffira d’établir votre stratégie. Vous pourrez utiliser votre vidéo aussi bien pour votre communication à l’interne qu’à l’externe. Cependant, quoi qu’il en soit, elle ne devra pas s”éterniser plus de 5 minutes. La vidéo d’entreprise doit être courte, originale, claire, nette et facile à comprendre et à mémoriser.


Pourquoi créer une vidéo d’entreprise ?

Plusieurs situations se prêtent à la création d’une vidéo d’entreprise, voici six bonnes raisons.

1. Valoriser votre image avec une vidéo d’entreprise

Avec une bonne réalisation, votre vidéo d’entreprise vous procurera toujours une meilleure image  auprès du public.

Chef de fil de votre communication, vous utiliserez votre vidéo afin de promouvoir vos activités auprès de potentiels investisseurs, mais également dans un dossier de presse, dans un kiosque d’un salon ou encore en introduction d’un événement important pour votre entreprise.

Vous démontrerez ainsi une image des plus moderne et très dynamique.

2. Une vidéo d’entreprise afin d’aquérir plus de prospects

De nos jours, les internautes n’ont plus de temps à perdre. Ils désirent fortement obtenir l’information le plus rintantannément possible. Alors même si vous avez prévu des parties où vous présentez votre activité et vos valeurs sur votre site Internet, tous vos visiteurs ne prendront pas le temps de lire vos textes.

Une bonne vidéo bien amené sur votre page d’acceuil attirera beaucoup plus l’attention des internautes. Car c’est un support puissant qui offre une meilleure assimilation de l’information.

Ainsi, votre vidéo d’entreprise obtiendra encore plus d’internautes et de plus, vous pouvez la partager en toute facilité sur vos médias sociaux. Ajoutez un call-to-action et ce sont de nombreux visiteurs qui se transformeront potentiellement en de futurs clients.

De plus est, si votre storyboard est bien ficelé, votre vidéo deviendra très vite virale.

3. Une vidéo d’entreprise pour améliorer votre référencement

Votre présence (qualitative et quantitative) sur Internet est un facteur important pour votre référencement naturel. Or, comme nous venons de le voir, une vidéo d’entreprise peut se partager sur de nombreux supports, permettant ainsi d’accroître considérablement votre visibilité.

Depuis 2014, Google a la volonté de proposer aux internautes des contenus de qualités et multimédias. Vous aurez d’ailleurs remarqué que Google propose différents types de résultats : texte, images et vidéos, la vidéo occupant une place plus importante sur votre écran.

4. Une vidéo d’entreprise afin de trouver des employés

Elle peut facilement tout à fait être utilisée pour votre recrutement.

À côté de vos annonces sur les différents sites d’emploi, vous pouvez par exemple poster votre film corporate sur les réseaux sociaux en indiquant le profil recherché.

Votre visibilité sera plus forte et vous attirerez donc plus de gens et surtout de plus nombreux talents.

5. Une vidéo d’entreprise pour  aider vos commerciaux

Lorsque vos commerciaux se rendront sur le terrain, ils auront en leur possession un outil puissant pour se présenter.

Votre vidéo d’entreprise sera gage de sérieux et renverra une image de qualité auprès de vos prospects.

6. Une vidéo d’entreprise pour faire des économies

Pour obtenir une vidéo d’entreprise de qualité il faut parfois savoir mettre la main au portefeuille, mais n’oubliez pas que vous ferez ensuite de nombreuses économies.

Votrevidéo corporative pourra en effet remplacer vos pamphlet ou tout autres types de publication imprimée.

N’oubliez surtout pas également que le coût de la diffusion sur Internet est  peu onéreuse compativement aux médias traditionnels. Vous pourrez ainsi mieux communiquer  et à une grande échelle, sans dépenserdes sommes astronomiques.

Finalement, la vidéo d’entreprise peut même se recycler. Vous pourrez la réutiliser autant de fois que vous le désirez sur différents types de médias.


Vous avez des questions ou des commentaires sur ce sujet ?

Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.


Publicité & courriel: les meilleures astuces

Publicité & courriel: les meilleures astuces 0

Article écrit et publié par : Éric St-Gelais
Source: www. Isarta.com
Image à la Une courtoisie de : FOTOLIA

Sur le Web, il existe une abondance de documents qui traitent des bonnes pratiques à adopter en marketing par courriel. Afin de départager le bon grain de l’ivraie, je vous suggère aujourd’hui un condensé de ces pratiques actuellement en vigueur dans ce marché de niche.

Avant de débuter votre publicité…


Avant même d’entreprendre votre campagne de publicité par courriel, vous devez constituer une  ou plusieurs listes de contacts qui soient aussi exhaustive que bien garnies. Cela ne se fera en un clin d’œil ou par un simple clic. Mais pour y  parvenir vous devez:

  1. Que vos listes soient composées de personnes consentantes, la nouvelle  Loi C-28 oblige. Au-delà de l’aspect légal, effectuer  des envois massifs et intenses sans aucune permission des personnes  visées permission ne peut que nuire et même détruire toute crédibilité;
  2. Que vous songiez soigneusement aux informations et contenu pertinents à propulser. Demandez assez d’informations pour personnaliser et segmenter vos courriels au besoin de la cause, mais pas trop non plus  afin de ne pas décourager les personnes craintives ou les amener a devenir sceptiques face à vos envois;
  3. Les lecteurs visés comprennent entièrement ce qu’ils recevront en échange des informations que vous leurs aurez au préalable demandées; 
  4. Offrir un incitatif en échange des infos et/ou de leur consentement ou abonnement à vos courriels ou infolettres;
  5. Penser et réfléchir  aux meilleurs moments pour demander les infos et/ou le consentement de vos clients (après un achat en ligne ou suite à la lecture d’un article et un partage de votre blogue, par exemples );
  6. Demander l’autorisation aux usagers d’y inclure votre adresse courriel dans leur liste de contacts. Ainsi de cette manière faire augmente considérablement les probabilités que votre adresse courriel soit ajoutée à la liste du destinataire. 

Le premier pas en publicité via courriel

Lorsque votre ou vos listes liste justifient finalement l’organisation de votre campagne de marketing courriel, on peut passer à l’étape numéro UN:

  1. Déterminez bien les objectifs de votre campagne courriel. Posez-vous ces questions: Qui, Quoi, Quand, Ou, Comment et Pourquoi?
  2. Assurez-vous d’obtenir les outils de gestion des courriels adéquats, et d’en connaitre les limitations techniques et pratiques. Exemple Excel le tableur de Microsoft. Ce performant logiciel, qui est privilégié et inutilisé par plusieurs organisations pour emmagasiner des listes et données complètes de courriels, n’est pas totalement compatible (limitations) avec le service de messagerie Outlook;
  3. Vous le verrez dans les prochaines étapes: choisir les bons outils de gestion de courriels est un projet en soi. Selon votre expérience, votre budget disponible et vos besoins de votre organisation, différentes solutions s’offrent à vous.

Quoi dire au sujet du contenu ?

Si la minutie et la rigueur sont requises pour les autres options présentées dans l’article, la créativité et l’ingéniosité est ce qui vous permettra de produire une offre de qualité qui sera remarquable et qui saura plaire et susciter un intérêt certain. Il n’y a malheureusement pas de recette miracle et de baguette magique de ce côté.

Mais dans tous les cas:

 publicité

  1. Avoir un titre accrocheur qui respecte les meilleures pratiques. N’ y allez pas de promesses en l’air simplement pour faire sauter les lecteurs de votre côté de la clôture;
  2. tentez de bien utiliser les «snippets»;
  3. Personnalisez vos envois, tout en évitant d’inclure le nom de vos contacts dans l’objet du courriel;
  4. Le mot segmentation revient souvent dans vos listes des meilleures pratiques à utiliser. Il est impossible de plaire à tout le monde, alors définissez et déterminez bien à qui s’adresse vos offres. Vos lecteurs et clients vous ont donné la permission et le droit de leur écrire, soyez clair et tenter d’être extrêmement  pertinent!
  5. Si le message comporte plusieurs thèmes, soyez certains de mettre celui que vous croyez le plus important ,pertinent ou le plus intéressant bien en évidence et premier plan;
  6. Osez avoir des appels à l’action clairs, nets et invitants;
  7. Ayez un discours authentique. Encore là, pas de faussetés;
  8. Mettez les souliers de vos lecteurs et clients actuels ou potentiels, qui reçoivent plusieurs dizaines de courriels par jour. Et assurez-vous qu’il y a dans votre offre quelque chose de vraiment attirant.

Bâtir votre message: Les points à suivre…

Si votre offre revêt une grande importance, la forme qu’elle prendra l’est tout aussi important. Sur ce thème, Internet regorge de précieux conseils et astuces:

  1. Assurez-vous que le message puisse être lu sur les téléphones mobiles, et appliquez les règles d’ergonomie qui s’y rattachent;
  2. Assurez-vous d’avoir deux versions de votre offre: une version texte ou une version Web de votre courriel;
  3. Assurez- vous de bien mesurer bien la longueur de votre texte et le nombre de mots, surtout si vous diffusez souvent. Ne faîtes pas l’erreur de surestimez le temps que vos lecteurs ont à vous consacrer.
  4. Comme dans un site Internet, les règles d’ergonomie s’appliquent pour aider la lecture: usez de points de forme et des sous-titres. Évitez, en revanche, les mots en majuscule, le surlignement, etc.;
  5. Assurez-vous d’inclure les options désabonnement et changement de coordonnées au bas du courriel.
  6. Inclure les boutons de partages si cela s’applique à votre offre.
  7. Visualisez votre diffusion sur différentes plateformes, navigateurs multiples et différentes solutions de messagerie électroniques.

Testez, testez, et retentez et ensuite validez

Tester et valider est un point majeur dans tous les textes que nous avons lus concernant les meilleures pratiques. Néanmoins, il est souvent négligé dans ce processus.

  1. De simples détails peuvent faire toute la différence quant à l’efficacité de votre campagne publicitaire par courriel.Il y a une  foule de paramètres qui peuvent être testés et validés, dont:
    1. L’objet de votre courriel;
    2. Vos appels à l’action;
    3. Le design (couleurs, polices, etc.);
    4. Le moment de la journée ou le moment où le message sera diffusé ou propulsé.
  1. Ne testez-pas seulement les paramètres de votre courriel. La page ou atterrira et qui accueillera votre clientèle aussi doit subir ces mêmes étapes;
  2. Et en validant de la bonne manière, vous obtiendrez plus rapidement à la recette qui maximisera vos futurs résultats probants.

Faîtes l’analyse de vos résultats et efforts

publicité courriel

  1.  À la suite d’un envoi, vous serez extrêmement curieux de savoir les résultats obtenus. Sinon, assurez-vous de porter attention aux différentes mesures de performances reliées à vos actions;
  2. N’arrêtez pas seulement aux variables liées à votre courriel. Analysez et testez aussi l’ensemble du chemin que vos lecteurs ont parcouru.

 


Vous avez des questions ou des commentaires sur ce sujet ?

Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.

Refonte : Est-ce le temps pour votre site Web?

Refonte : Est-ce le temps pour votre site Web? 0

Article publié par Éric St-Gelais.
Source : https://guaranamarketing.com/
 Image à la Une : https://guaranamarketing.com/ & Fotolia 

Est-ce le temps d’une refonte de votre site Web?
Quand arrivent les beaux jours, plusieurs sont atteints de frénésie. Vous vous lancez dans de grands projets. Vous êtes prêts à tout balancer par-dessus bord tout ce qui est vieux, ou du moins qui n’est plus à la mode, vous voulez du neuf, de la nouveauté et du beau. Et tout de suite! Bref, vous désirez du changement. Attention, on ne change pas pour changer et encore moins s’il s’agit de votre site Web! La réflexion est de mise autant pour vos effets personnels que pour votre entreprise. En effet, votre site Web a-t-il vraiment besoin d’une refonte? Pour quelles raisons devriez-vous envisager une refonte? Et pour quels motifs vous devriez y renoncer? Eh! Oui, il y a de bonnes et de mauvaises raisons de vouloir refondre son site Web!

Tout d’abord, vous devez réaliser que votre site Web a de nombreuses tentacules. En effet, il interagit dans une multitude de tactiques et de stratégies Web que vous avez développées au fil des ans. Votre site n’est pas seulement une affaire de conception graphique. Oh! Que non! Des liens l’unissent, entre autres, à vos médias sociaux, à votre marketing par courriel et à votre stratégie de vente. Votre site Web, c’est votre image, mais aussi votre crédibilité et votre notoriété. De ces faits, vous ne pouvez pas tout balancer sur un coup de tête!

Pour vous guider dans le processus impliqué lors d’une refonte, regardons ensemble les deux côtés de la médaille. De cette manière, vous éviterez des erreurs coûteuses pour votre entreprise et vous saurez surtout pourquoi vous posez tel geste plutôt qu’un autre.


Les mauvaises excuses

Les meilleures idées du monde le deviennent, car elles s’appuient sur des faits vérifiables et mesurables. Et il n’est pas nécessaire de chercher midi à 14 heures pour être efficace. Ainsi en va-t-il de nos opinions et de celles que l’on reçoit d’autrui quand surgit l’interrogation par rapport à la refonte de notre site Web. Encore faudrait-il qu’on sache pourquoi on modifierait tel aspect et quels en seront les résultats?

Un employé arrive un bon matin en proclamant qu’il a besoin de changement et que le site est dû après 4 ans d’existence. Que votre site ait 2 ans ou 7 ans, là n’est pas la question. Ce qu’il faut faire comprendre à votre collègue qui rêve de nouveauté, c’est de lui rappeler les raisons concrètes qui apportent le succès à votre entreprise grâce à votre site.

Vos amis se permettent aussi d’apporter leurs commentaires sur votre site Web. Ils ne le trouvent pas assez percutant et hot! Sachez que même si votre site est le plus beau en ville, s’il n’est pas visité ou qu’il ne retient pas l’attention de votre clientèle cible, il rate sa vocation. C’est comme prêcher dans le désert! Mieux vaut optimiser votre site sur les moteurs de recherche que de le colorier, surtout que vous voulez attirer des visiteurs, convertir des prospects en clients et ravir vos clients.

Enfin, lors d’une rencontre d’équipe, un membre suggère d’ajouter plus de sections sous l’onglet Qui sommes-nous? Bien que cette information puisse être pertinente, elle n’est pas considérée comme de la valeur ajoutée pour votre entreprise. En effet, le contenu de votre site doit d’abord répondre aux questions ou aux renseignements que votre clientèle cible recherche. Il est préférable que vous fournissiez des arguments pour augmenter vos ventes que de faire votre promotion.


Les bonnes raisons

Effectuer une refonte est plausible, et même parfois nécessaire. Il suffit de le faire pour les bonnes raisons. En voici quelques-unes qui devraient vous pister dans la bonne direction et faire en sorte de transformer votre site en une montagne de réussites, comme on se plait à dire chez Guarana.
Les arguments mentionnés comme étant des mauvaises excuses vous auront tout de même fait prendre conscience que votre site Web doit répondre parfaitement aux demandes de votre auditoire. Fondamentalement, la refonte doit contribuer à soutenir et à améliorer vos efforts marketing. Vous visez attirer le bon trafic, les bons prospects et les bons clients, après tout!

De ce fait, voici de bonnes raisons de songer sérieusement à la refonte de votre site Web :

1- Votre site n’est pas adapté pour les mobiles et il utilise une vieille technologie. Refonte !

Là, ce sont des arguments de valeur pour convaincre votre équipe et votre patron qu’il est temps de s’adapter à l’univers du Web et de l’inbound marketing. Vous gagnerez du temps, vos équipes de vente préformeront mieux et vous rejoindrez une plus grande clientèle.

2- Vous n’obtenez pas de bons résultats de conversion avec votre site. Refonte !

Pour contrer cette lacune, vous devez augmenter le nombre de visites tout en réduisant votre taux de rebond. Savez-vous lesquels de vos canaux marketing vous amènent le plus de clients? Pour avoir accès à ce type d’information, il est recommandé d’ajouter un outil comme Google Analytics ou HubSpot. Grâce à cet outil, vous obtiendrez une meilleure connaissance de la performance de votre site Web et de l’interaction que font les visiteurs sur votre site.

3- Vous souhaitez ajouter un blogue et adopter l’inbound marketing. Refonte !

C’est bien connu en inbound marketing : plus vous aurez de contenu informatif, éducatif et pertinent, plus vous attirerez de visiteurs sur votre site Web. C’est vraiment de cette façon que vous pourrez faire croître votre entreprise. Créer un blogue est l’un des moyens privilégiés, car le blogue permet d’avoir un flux continu de bon contenu. En fait, les entreprises qui bloguent ont 55 % plus de visiteurs sur leur site Web et 88 % plus de clients potentiels que celles qui ne le font pas, mentionnent par ailleurs des études faites par HubSpot.

4- Votre image de marque ou vos services ont évolué. Refonte !

Votre image de marque s’est-elle transformée au fil du temps? Vos services ont fort probablement évolué aussi. Étant donné ces améliorations, il serait bon de revoir votre positionnement quant à votre industrie. En effet, que font vos concurrents? Quelles sont leurs forces et leurs faiblesses? En analysant ces données, si vous constatez que vous avez un manque à gagner en stratégies d’affaire Web. C’est signe que la refonte de votre site arrive à point nommé.


Conclusion

Grâce à ces exemples, vous savez maintenant qu’une refonte de site Web réussie commence avant même sa conception. Souvent, les entreprises pensent d’abord à modifier l’apparence du site Web, alors qu’il importe en tout premier lieu de réfléchir à la façon dont celui-ci doit fonctionner. En effet, une refonte devrait être à propos de la performance de votre site, plutôt que simplement son aspect visuel.


Vous avez des questions ou des commentaires sur ce sujet ?

Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.

Publicités AdWords : les résultats par secteur d’activité

Publicités AdWords : les résultats par secteur d’activité 0

Légende de la Une :  Résultats Adwords / Résultats naturels

Écrit et publié par : Éric St-Gelais.
Sources : Éric St -Gelais Web Design & Intégration Multimédia, https://www.codeur.com, https://www.acquisio.com
Image à la Une : conception de Éric St -Gelais Web Design & Intégration Multimédia

Si vous vous engagez dans des campagnes PPC avec Google AdWords.  Vous vous posez cette question? Probablement peut-être si vos frais et vos chiffres sont dans la moyenne des annonceurs de votre domaine d’activité.

Ceci est pertinent,  car une étude réalisée par Acquisio a fait l’analyse de 50 000 campagnes AdWords dans plus d’une douzaine de secteurs d’activité, pour pouvoir enfin déterminer pour chacun les valeurs moyennes de quatre indicateurs spécifiques :  le taux de clic (CTR),le coût par clic (CPC),  le coût par acquisition (CPA) et le taux de conversion (CVR).

Cette analyse compare aussi les résultats selon que l’annonceur a utilisé ou non le machine learning pour ses campagnes. Une méthode afin d’évaluer l’efficacité des techniques d’optimisation en lien avec l’intelligence artificielle.


Adwords qu’est-ce que c’est ?

Google AdWords est une plateforme de publicité très prisée auprès des entreprises car elle permet d’afficher des annonces publicitaires en première page des résultats de recherche sur Google, du jour au lendemain. … La diffusion des annonces publicitaires. Le prix d’une annonce publicitaire se calcule par l’achat de un ou plusieurs mots clés. Le coût de chacun des des mots clés peut varié selon leur popularité ou votre secteur d’activité.

Le coût par clic (CPC)

Les secteurs tels que l’éducation et de la finance ont un coût par clic haut et onéreux /(5, 27 $ et 5, 19 $). Mais  en utilisant la machine learning, le secteur juridique atteint un CPC record de 10 $

Plusieurs secteurs d’activités comme le tourisme, la vente au détail, l’alimentation ou encore l’immobilier conservent des coûts par clic plus bas en général (en dessous de 2 $), avec ou sans machine learning.


Le taux de clic (CTR)

En ce qui concerne le taux de clic sur les annonces, les meilleurs secteurs sont :

  1. L’immobilier, avec un CTR de 7, 58 % ;
  2. Le tourisme (6, 17 %) ;
  3. Les soins pour animaux (5, 01 %).

L’éducation est encore une fois à la traîne avec un taux de clic de 2, 75 %, de même que la finance (3, 25 %).

Enfin bref, l’utilisation du machine learning a un réel impact positif sur certain secteurs :

  1. L’automobile, avec un CTR de 6, 09 % (contre 4, 87 % sans machine learning) ;
  2. La vente au détail, avec un CTR de 4, 39 % (contre 3, 49 % sans machine learning).

Le coût par acquisition (CPA)

Le coût par acquisition démontre le prix payé par les annonceurs pour chaque nouveau prospect ou client qu’ils obtiennent grâce à AdWords.

Encore une fois, les résultats varient fortement en rapport avec le secteur d’activité. Dans ce trio de tête, nous retrouvons :

  1. Le secteur juridique avec un CPA de 200, 16 $ ;
  2. L’éducation, avec 134, 64 $ ;
  3. La finance, avec 98, 99 $.

En revanche, les secteurs d’activités ayant les CPA les plus faibles sont :

  1. Le tourisme (18, 01 $) ;
  2. Les soins pour animaux (27, 41 $).

il est également vrai de dire que, dans la majorité des cas, l’usage du machine learning entraîne un forte baisse du coût par acquisition CPA.


Le taux de conversion (CVR)

Le taux de conversion, correspond au nombre de conversion rapporté. Il est en rapport avec le nombre de clics sur une publicité. Il est aussi un autre facteur important à regarder et à tenir compte.

  1. Les services professionnels obtiennent le meilleur pointage et résultat avec un taux de conversion de 7, 88 %, suivis de près par le tourisme (7, 37 %).
  2. En queue de peloton, on retrouve le secteur de l’alimentation avec un CVR de 1, 93 %.

Une fois encore, le machine learning a eu un impact majeur sur le taux de conversion, particulièrement dans le secteur de l’automobile où le CVR  fait un bond  de 4, 41 % à 16, 77 %.


Vous avez des questions ou des commentaires sur ce sujet ?

Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.