Mon blogue techno

Catégorie d’article sur des sujets divers concernant la technologie le Web design et la programmation Web, les médias sociaux, Wordpress et les CMS , le commerce électronique , la mobilité, le référencement

Site Web Gratuit : 36 mauvaises idées

Site Web Gratuit : 36 mauvaises idées 0

Écrit et publié par : Éric St-Gelais.

Sources : Éric St -Gelais Web Design & Intégration Multimédia ,  Wordpress.org, wpbeginner.com, CÉFRIO

Image à la Une : WordPress.org


Obtenir un site Web gratuit sur Internet est tentant. Le Web regorge de site proposant l’hébergement gratuit de sites Web, même pour WordPress auto-hébergé. La question se pose : quel est le piège? Pourquoi les gens n’utilisent-ils pas une plateforme WordPress gratuite? Dans ce billet, Je partagerai avec vous, 36 exellentes raisons pour lesquelles avoir un site Web gratuit est une très mauvaise idée que vous devriez absolument « ÉVITER »


Qu’est-ce qu’un site Web gratuit?

La majorité des débutants qui désirent créer leur propre site Web souhaitent vivement diminuer les coûts de production et d’hébergement, ce qui est tout à fait normal et compréhensible.

Donc, généralement, vous recherchez le terme « site Web gratuit » sur Google et trouvez de nombreuses pages proposant des services gratuits d’hébergement de sites Web.

La pensée d’avoir un hébergement Web gratuit et de construire votre site sans rien payer est tentante.

Jusqu’à ce que vous obteniez un test de réalité. Une fois que vous vous êtes abonné à ces soi-disant «services gratuits de site Web», vous commencez lentement à découvrir les limitations et nombre d’entre elles se révèlent ne pas être gratuites du tout.

Si vous ou votre ami songez à obtenir un site Web gratuit, arrêtez-vous maintenant. Et lisez ces 36 raisons pour lesquelles les sites Web gratuits sont presque toujours une mauvaise idée.


1. Des sites Web Très très lents

La plupart des hébergeurs de sites Web gratuits mettent des centaines de sites Web partageant le même serveur. Cela rend tous leurs sites Web charger à très basse vitesse. Les sites Web lents créent une mauvaise expérience utilisateur et sont mauvais pour le référencement (SEO).

2. Adresse Web (URL), non significative et non professionnelle

Avoir une adresse de site Web monentreprise.Freewebsite.comne fait pas du tout professionnel. Vos visiteurs de votre site Web et vos clients potentiels trouveraient assez difficile de prendre votre site Web au sérieux lorsque vous ne possédez même pas un nom de domaine approprié à votre entreprise . Exemple : www. monentreprise. com . Et lorsque vous demandez à ces sociétés un domaine personnalisé, vous devez généralement payer une prime, entre 19.00$ et 25.00$ pour un domaine qui coûte normalement 10.00$.

3. Le service d’essai n’est pas vraiment gratuit

Nombre de ces services gratuits sur le site Web s’avèrent souvent être des essais limités. Au bout d’un moment, on vous demande de payer pour cela. Dans la plupart des cas, ce prix est généralement bien plus élevé que les services d’ hébergement WordPress normaux . Si vous avez ajouté une carte de crédit lors de l’inscription, ils peuvent vous facturer sans vous avertir.

4. Frais cachés pour site Web gratuit

Comme toute autre entreprise, ces sociétés de création de sites Web gratuits doivent également gagner de l’argent. Certains d’entre eux facturent à leurs utilisateurs des services supplémentaires comme l’hébergement d’images, les comptes de messagerie, l’accès FTP, le transfert de sites Web, etc. Ces frais sont souvent scandaleusement élevés.

5. Ils peuvent verrouiller vos données

De nombreux utilisateurs qui commencent avec un site Web gratuit, puis souhaitent passer à un service payant, se trouvent dans l’impossibilité de transférer les données de leur site Web. Ces fournisseurs de services ne proposent aucun outil pour migrer facilement votre site. Les utilisateurs finissent par payer des pigistes pour exporter manuellement leur contenu, ce qui peut rapidement augmenter votre facture.

6. Annonces non pertinentes sur votre site Web

La plupart de ces services Web gratuits sont pris en charge par des publicités. Vous créez du contenu et construisez votre site Web, mais ils sont payés pour les annonces. Souvent, ces publicités sont gênantes, intrusives et laides.

Le pire, c’est que parfois vos concurrents avisés peuvent ensuite payer ces sociétés d’hébergement de sites Web gratuites pour les annoncer sur votre site Web. Parlez de saboter votre entreprise.

7. Ils peuvent fermer votre site web

Les termes et conditions de ces services indiquent clairement qu’ils peuvent fermer votre site Web à tout moment sans vous fournir de motif. S’ils arrêtent un site Web, ils ne communiquent généralement pas vos données et ne vous fournissent pas un moyen de sauvegarder votre contenu.

Site non trouvé

8. Ces entreprises peuvent disparaître à tout moment

À tout moment, l’entreprise spécialisée dans les sites Web gratuits peut décider de faire ses valises et de partir. Ils fermeraient simplement leurs serveurs et vous perdriez votre site Web et toutes vos données. Leurs conditions de service leur confèrent une protection juridique complète.

9. Vous allez perdre l’adresse de votre site

S’ils décident de fermer le service ou de fermer votre site Web, vous perdrez votre adresse Web. La plupart du temps, il s’agit d’un sous-domaine associé au service. Vous ne pouvez pas répliquer cette adresse ne redirige pas les utilisateurs vers votre nouveau site ailleurs.

10. Ils peuvent vendre vos informations

N’oubliez pas que ces services doivent gagner de l’argent pour rester dans l’entreprise. En règle générale, si vous ne payez pas, vous êtes le produit.

Ces sociétés trouvent d’autres moyens de gagner de l’argent, telles que la vente de votre adresse électronique, de vos informations personnelles et de l’adresse de votre site Web à d’autres sociétés. Leurs termes et conditions que personne ne lit vraiment leur fournissent une immunité juridique totale.

11. Aucun outil de construction de site

Contrairement à un véritable service d’hébergement Web, ces entreprises offrent des outils et des services très limités à leurs utilisateurs. En utilisant ces outils, le site Web que vous allez créer sera encore plus peu professionnel.

12. Pas de WordPress

Beaucoup de ces services gratuits ne vous permettent pas d’ installer WordPress sur votre site Web gratuit. WordPress nécessite un peu plus de ressources qu’un service de site Web gratuit ne peut se permettre.

13. WordPress limité

Même s’ils vous permettent d’héberger WordPress, leurs serveurs ne sont tout simplement pas capables de l’exécuter. Vous rencontrerez de nombreuses erreurs et cela gâchera votre expérience WordPress.

14. Distribution de logiciels malveillants

Les services de sites Web gratuits sont notoires pour la distribution de logiciels malveillants. Cela pourrait être dû à leur faible sécurité, ou ils pourraient le faire pour des avantages monétaires. Dans les deux cas, cela nuit à la réputation et au référencement de votre site Web.

15. Vous pouvez faire partie d’une ferme de liens

La raison pour laquelle ces services continuent de disparaître, puis de réapparaître, c’est parce qu’ils essaient de générer de l’argent en utilisant des méthodes contraires à l’éthique. La construction de fermes de liens est une de ces pratiques où ils vendent des milliers de pages créées par leurs utilisateurs à des spammeurs, des sites de faux médicaments et de jeux d’argent, des escroqueries en ligne, etc.

16. Bande passante limitée

La bande passante est la quantité de données transférée du serveur au navigateur de l’utilisateur. Cela coûte de l’argent et la plupart des sites Web gratuits ont un plafond de bande passante très limité.

17. Stockage sur disque faible

Les sociétés de sites Web gratuites hébergent des centaines de sites Web partageant le même serveur et les mêmes disques durs. Ils vous donnent généralement un stockage très limité pour stocker vos données. Lorsque vous atteignez cette limite, il vous est souvent demandé de payer pour davantage de stockage.

18. Vulnérable aux tentatives de piratage

Sites Web piratés

En raison d’une sécurité insuffisante, les sites Web gratuits sont souvent plus vulnérables aux tentatives de piratage. Si votre site est piraté, il sera beaucoup plus difficile de le récupérer, car ces sociétés vous accordent un accès très limité à vos propres fichiers et données.

19. Sites HTML uniquement avec un nombre de pages limité

Certaines de ces sociétés de sites Web gratuits n’offrent qu’un nombre limité de pages sur votre site Web. Si vous souhaitez ajouter plus de pages, vous devrez passer à un forfait payant.

20. Faible crédibilité de vos utilisateurs

Lorsque votre site est hébergé sur un service gratuit, vos utilisateurs se sentiront moins enclins à lui faire confiance. Si les utilisateurs ne sont pas à l’aise pour partager leurs informations, le but de la création d’un site Web sera alors totalement annihilé.

21. Choix de design limité

Conception et mise en page

Contrairement à un site WordPress auto-hébergé où vous pouvez choisir parmi des milliers de thèmes WordPress , les sites Web gratuits n’offrent qu’une poignée de modèles mal conçus. Vous ne pouvez pas utiliser vos propres conceptions ou utiliser tout autre design du Web.

22. Pas d’aide ou de service client

Ces sites Web gratuits n’offrent aucune aide aux utilisateurs. Vous devrez configurer vous-même votre site à l’aide d’une documentation très limitée et mal présentée. Vous êtes quasiment seul si vous ne pouvez pas le comprendre.

23. Vous ne pouvez pas faire de publicité ni gagner de l’argent

Même si votre société de création de site Web gratuite diffuse ses propres annonces sur votre site Web, elles ne vous permettent pas de les diffuser ni de gagner de l’argent avec votre site Web. Vous ne pourrez pas ajouter de liens d’affiliation ou ajouter Google Adsense à votre site Web.

24. Il n’y a pas de sauvegardes

Il n’y a pas de concept de sauvegardes régulières sur ces sites Web gratuits. Ils ne sauvegardent pas vos données et si quelque chose de mauvais arrive sur votre site, vous ne pouvez pas restaurer vos données.

25. Difficile de se débarrasser

Les entreprises qui offrent ces services tirent souvent de l’argent d’un contenu créé par des utilisateurs comme vous. Ils rendent intentionnellement difficile la suppression de votre propre site Web. Cela signifie que votre site Web restera sur leurs serveurs et que vous aurez du mal à le supprimer.

26. Pas de statistiques ou d’analyse décente

Avec une bonne société d’hébergement, vous pouvez obtenir des statistiques gratuites sur les visiteurs de votre site. Vous pouvez même installer Google Analytics ou tout autre compteur de trafic. Sur les sites Web gratuits, ils ne vous permettent pas d’ajouter Google Analytics, car ils utilisent leur propre code d’analyse sur votre site Web.

27. Vous serez ciblé par des offres par courrier électronique.

N’oubliez pas que ces entreprises doivent couvrir leurs coûts en gagnant de l’argent en utilisant des méthodes alternatives. Ils vous enverront continuellement des offres spéciales par e-mail. Sans oublier qu’ils pourraient aussi vendre votre adresse email à d’autres sociétés de marketing.

28. Pas de support pour les appareils mobiles

Vous ne pouvez pas mettre à jour votre site Web à partir de votre appareil mobile ou portatif. Les entreprises de sites Web gratuits ont généralement leurs tableaux de bord conçus pour les ordinateurs de bureau. Cela rendra plus difficile la mise à jour de votre site depuis un mobile.

29. Aucune conception sensible

La plupart des entreprises de sites Web gratuits proposent des conceptions de sites Web très anciennes et qui ne fonctionnent pas sur les téléphones mobiles. Les utilisateurs mobiles génèrent une part importante du trafic Internet. En ne disposant pas d’un design réactif, vous perdrez tous ces utilisateurs.

30. Pas d’email de marque

Vous ne pouvez pas créer de comptes de messagerie avec votre propre nom de domaine. Cela signifie que vous devrez utiliser votre compte de messagerie gmail ou hotmail, qui n’a pas l’air très professionnel.

31. Pas de formulaire de contact ni d’envoi d’email

Chaque site Web sur Internet a besoin d’un bon formulaire de contact . Ces entreprises de sites Web gratuits ne disposent d’aucun moyen d’ajouter des formulaires de contact personnalisés. Vous ne pouvez pas non plus transférer des courriels reçus sur leurs propres scripts de formulaire mal configurés.

32. Fonctions de téléchargement de fichiers limitées

Avec les sociétés d’hébergement payées, vous pouvez télécharger un nombre illimité de fichiers sur votre site en utilisant un client FTP ou un programme de téléchargement multimédia dans WordPress. Les entreprises de sites Web gratuits ne vous proposent qu’une interface Web sur laquelle vous pouvez télécharger un fichier à la fois.

34. Pas de moyen de configurer les redirections

Avec WordPress, vous pouvez configurer la redirection de différentes manières. C’est un moyen très utile de conserver les scores de référencement de votre site. Avec les sites Web gratuits, vous ne pouvez configurer aucun type de redirection. Même si vous passez ultérieurement à un service payant, vous ne pourrez pas rediriger les utilisateurs de votre site Web gratuit.

35. Investir du temps sur un site Web gratuit n’est pas judicieux

Si vous avez l’intention sérieuse de créer quelque chose sur le Web, vous ne devriez jamais commencer avec un site Web gratuit. Comme vous l’avez lu dans cet article, elles ne sont pas fiables, peu sûres, difficiles et limitent considérablement vos options de croissance.

36. Pas même pour la pratique

Les sites Web gratuits sont terribles, même si vous voulez simplement pratiquer.

Bonnes alternatives à un site Web gratuit

La meilleure alternative à un site Web gratuit est bien sûr un site Web payant. De nombreux services d’hébergement proposant l’ hébergement WordPress à des coûts très bas.


Il serait également utile que vous lisiez: Pourquoi WordPress est-il gratuit, quels en sont les coûts et quel est le piège?

J’espère grandement que cet billet vous a aidé à comprendre pourquoi la création d’un site Web gratuit est une très mauvaise idée. Voici quelques bonnes raisons expliquant pourquoi vous devriez utiliser WordPress .

Vous avez des questions ou des commentaires sur ce sujet ?
Alors n’hésitez donc pas à compléter notre article avec vos propres conseils en commentaires 
Laissez-nous vos commentaires ci-dessous. 

E-commerce au Québec :  Le retard, avantage ou non ou opportunité?

E-commerce au Québec : Le retard, avantage ou non ou opportunité? 0

Écrit et publié par : Éric St-Gelais.

Sources : Éric St -Gelais Web Design & Intégration Multimédia , 
Le commerce électronique au Québec-Édition 2017 (NETendance et Cefrio)

Indice du commerce électronique au Québec, volet entreprises 2015

https://cefrio.qc.ca/salle-presse/communiques/cefrio-devoile-un-large-portrait-de-l-achat-en-ligne-au-quebec-en-2017/

« Le commerce électronique réaffirme sa popularité au Québec », date de parution: 22 mars 2017

Le Journal de Québec du 24 décembre 2017


Image à la Une : courtoisie de  
villa-saint-sulpice.fr


En 2019, une PME qui boude le E-commerce s’exclue d’une grande opportunité d’affaires. Il y a un trou au fonds de sa bourse/ Ses compétiteurs se pètent les bretelles et lui, il se trouve des tonnes d’excuses pour ne pas bouger et investir. C’est aussi simple que cela. 

Tous les ans, le e-commerce gagne en popularité et les habitudes des consommateurs évoluent dans ce sens. Cette réalité se relève donc d’une logique des plus simples.

Alors, qu’en est-il donc du ecommerce québécois ces années-ci, et qu’est-ce que les plus récentes études ont à nous révéler pour nous aider à orienter nos efforts de développement?

Voila pourquoi il est nécessaire d’être au fait des études sur le comportement des cyberconsommateurs et l’ensemble du E-commerce après tout, avant de se lancer dans le développement d’un E-commerce, il vaut mieux s’assurer qu’on accorde notre priorité aux bons endroits!

Les données des enquêtes recueuillies par le CEFRIO sur l’Indice du E-commerce au Québec et les données de NETendances vont me donner l’occasion de répondre à vos questions.


1. Portrait du E-commerce et des achats en ligne

Je sais que les PME québécoises accusent un grand retard au niveau des T.I. 

Selon ce qu’affirme Jean-François Gauthier, président-directeur général de l’Institut de gouvernance numérique dans une entrevue pour le Journal de Québec, on affirmait avec conviction qu’il y a un retard de 20 ans au Québec.

Afin que nos PME demeurent compétitives, de nombreux efforts ont été déployés afin de remonter ce retard accumulé au cours de ces dernières années. Cependant, est-ce que vos efforts vont porter fruit dans le secteur du E-commerce?

Voyez ces quelques statistiques qui démontrent un topo général des achats ou ventes en ligne au Québec depuis quelques années:


2. Quelle est la proportion de cyberacheteurs?

En 2017, 58 % des québécois de 18 ans et plus, ont effectué un achat en ligne.

Ce nombre était de 49,4 % en 2014. Il s’agit donc d’une augmentation de 8,6 %, soit une moyenne de près de 3 % chaque année.

La population québécoises à effectuer des achats en ligne est donc en augmentation constante.


3. Le nombre des achats en ligne?

Des spécialistes en E-commerce estiment la valeur des achats en ligne à 9,1 milliards $ seulement au Québec en 2017. En 2015, ce chiffre était évalué à 8 milliards et il se situait à 6,6 milliards en 2014.

Il s’agit donc d’une hausse de 2,5 milliards de dollars en seulement 3 ans!


4. Proportion des achats en ligne passés sur des sites québécois?

En 2017, seulement 27 % de l’argent dépensé en ligne au Québec par les Québécois était sur le site d’un E-commerce québécois.  

Ce qui démontre n soit des autres provinces canadiennes ou tout simplement d’autres pays comme la Chine par exemple.  

Selon le graphique, près de la moitié des achats en ligne seraient effectués sur des sites américains.

Cependant, il faut observer que 15 % des achats en ligne des Québécois sont effectués surle géant Amazon.

Une question est à se poser : Est-ce que, ce graphique démontre, que les achats passés sur Amazon sont comptés comme des achats sur des sites américains, même s’il s’agit d’achats passés auprès de boutiques canadiennes et québécoises sur Amazon Canada?

Dans un sens ou dans l’autre, les commerçants sur Amazon et les E-commerces américains sonen fin de compte ceux qui profitent présentement le plus des achats en ligne des Québécois.


5. Les habitudes des consommateurs québécois?

Qui sont les consommateurs québécois en ligne? Quels sont leurs comportements et leurs préférences? Enfin bref, comment le E-commerce a-t-il ou va-t-il modifier leurs habitudes de consommation? Tout E-commerçants voulant augmenter ses parts de marché au Québec, devra se poser cette simple question.


6. Les arguments en faveur de l’achat en ligne

Qu’est-ce qui motivent les Québécois à se tourner vers le E-commerce plutôt que d’aller acheter directement en magasin?

Voici les 3 principales raisons :

  1. 41 %: les prix sont moins élevé en ligne.
  2. 35 %: aucun déplacement nécessaire.
  3. 28 %: avoir la possibilité de magasiner en ligne, 24/24 et 7/7.

7. Quelles sont les raisons de ceux qui n’achètent jamais en ligne?

En moyenne, 42 % des québécois ne font pas d’achats en ligne. Quels sont les facteurs qui font en sorte qu’ils n’ont pas adopté ce mode de consommation?


8. Le E-commerce est complémentaire aux boutiques physiques

C’est une grande erreur de croire que la rentabilité d’une boutique en ligne ne se calcule que par les ventes en ligne. Effectivement, elles sont un atout important à jouer auprès des consommateurs, même auprès de ceux qui n’achètent jamais rien sur le Web.

En 2017, 80 % des internautes québécois ont fait une ou plusieurs recherches d’informations sur le Web avant de se rendre physiquement en magasin et 66 % regardent l’inventaire en ligne avant de se rendre à votre place d’affaires, ce qui leur permet de *1. prendre une décision et *2. magasiner à l’avance et de s’assurer qu’ils trouveront ce qu’ils recherchent.

Ils sont aussi 48 % à naviguer sur leur appareil mobile, même en magasin, par exemple pour se renseigner sur la disponibilité d’un produit, comparer les modèles en magasin et en ligne, le prix etc.

En revanche, les internautes se rendent aussi sur les places d’affaires physiques: 38% le font pour prendre leurs achats passés en ligne et 27 % pour effectuer un retour de marchandise. 80 % des internautes vont aussi se rendre à votre places d’affaires afin d’avoir plus d’informations sur vos produits, pouvoir les rehgarder, les voir et les toucher, avant de passer leur commande en ligne. Par exemple : lors d’une rupture de stock en magasin, aussi pour éviter d’avoir à transporter la marchandise, ou pour avoir simplement un meilleur prix.) 


9. Où en sommes-nous, nous les québécois?

Toujours selon les chiffres publié par L’ICEQ 2015, un très petit 12,3 % des PME québécoises de moins de 100 employés, dans des domaines tels, le commerce, la manufacture ou la vente de services, offrent leurs produits et services directement en ligne.

Disons ça autrement: 87,7% des petits commerces québécois n’ont pas de boutique en ligne.

Il ont seulements des sites vitrines et statiques n’offant aucun produits ou services en ligne.

Si l’on considère ces chiffres démontrés ci-haut, nous pouvons facilement réaliser assez rapidement que c’est d’un non-sens absolu. Une autre grande question vient à se poser : mais pourquoi est-ce que si peu de commerçants ont réclamé leur part du E-commerce ?

Voici quelques-unes des raisons principales évoquées:
  • 52,7 % : Les produits ou les services offerts ne se prêtent pas à la vente sur Internet
  • 11,7 %: La clientèle visée ne se prête pas à la vente sur Internet
  • 4,4 %: Ne fait pas partie des priorités de l’équipe de direction de l’entreprise
  • 2 %: N’apporterait aucun avantage
  • 2 %: Demanderait une modification trop importante des façons de faire
Les 2 arguments les plus souvent mentionnées, sont que les produits ou services offerts ou encore la clientèle ne se prêtent pas à la vente sur Web. C’est un mythe totalement dépassé.

Aujourd’hui, les consommateurs ont l’habitude de trouver tout et n’importe quoi sur le Web et les produits et services qui ne se prêteraient véritablement pas à la vente sur internet se font excessivement rares. Pour ce qui est de la clientèle, elle se trouve très certainement le Web.

Pourtant, 90% de ces PME ont quand même une présence sur Internet, soit par un site vitrine statique d’entreprise et/ou des comptes sur les réseaux sociaux populaires. Ils se sont numérisé, en queque sorte. Mais ce n’est pas suffisant, car ils ont carrément oublié le côté le plus profitable, celui qui pourrait faire grimper en flêche leur chiffre d’affaires en ligne et en boutique… 

“Les principaux avantages observés par les PME actives en E-commerce sont l’accroissement des ventes, la hausse importante du nombre de clients, la grandeur du rayon géographique de la clientèle, la réduction du temps de commercialisation et la réduction des coûts.” (source: CEFRIO)

Enfin bref…

58 % des québécois de plus de 18 ans sont devenus des cyberacheteurs et ce nombre est en augmentation constante. Tout comme celui des ventes totales en ligne, évalué à 9,1 milliards $ en 2017.

Cependant, le retard technologique des PME du Québec et la persistance de à ruminer de fausses croyances font en sorte que seulement 12,3 % des commerçants québécois avaient une boutique en ligne en 2014. C’est l’un des raisons principales qui démontrent en partie que seulement 26 % des montants dépensées en ligne cette année-là (6,6 milliards) l’ont été chez des entreprises situées au Québec. Incroyable, n’est-ce pas ???

3 ans plus tard, en 2017,

Ce montant a augmenté de 1% et se situe à 27%. C’est un bon début, mais c’est encore très, très loin d’être suffisant. Faudrait pas se comparer avec plusieurs pays européens… On ferait acte de parent très très pauvre !!

« (…) puisque le commerce électronique croît à un rythme plus soutenu que le commerce de détail dans son ensemble, cela contribue négativement à l’équilibre commercial du Québec, et ce, de façon croissante.” (source: CEFRIO)

De l’argent québécoise dans des pays étrangers…

À la lecture de ces informations observées dans cet article, voici donc un résumé des raisons qui peuvent expliquer pourquoi les achats en ligne effectués sur des boutiques québécoises est si petitemince:

  1. La plupart des PME québécoises n’ont pas de boutique en ligne. Ce qui fait en sorte que les cyberacheteurs se tournent vers les boutiques étrangères pour répondre à leurs besoins. 
  2. Les cyberacheteurs québécois ne connaissent pas les E-commerces québécois en ligne. « Exister » en ligne n’est pas suffisant. Il faut savoir atteindre son public cible et mettre ses produits de l’avant grâce à une bonne stratégie de web-marketing.
  3.  Les commerçants québécois sont peu nombreux à tirer avantage des marketplaces pertinentes, comme Amazon qui récolte à lui seul 15 % des ventes totales effectuées en ligne au Québec. 
  4. Les cyberacheteurs ont des attentes élevées envers les boutiques en ligne. Ils s’attendent entre autres à utiliser des sites « responsive » qui s’afficheront bien sur leurs appareils mobiles. Des prix compétitifs, des fiches de produits détaillées, des avis d’autres utilisateurs. Et ainsi, la très grande majorité (80 %) considère que la livraison gratuite est un élément déterminant. Les ecommerces québécois doivent donc suivre ces tendances et s’adapter à la réalité du consommateur. D
    En 2019, une PME qui boude le E-commerce s’exclue d’une grande opportunité d’affaires.
    De nos jours, une PME qui boude le E-commerce s’exclue d’une grande opportunité d’affaires.
    Aujourd’hui, une PME qui boude le E-commerce s’exclue d’une grande opportunité d’affaires. e ses attentes et ses habitudes.

Cependant, même si le Québec traîne de la patte en E-commerce, les petite et moyennes PME doivent le percevoir comme une bonne opportunité d’affaires.

Cela démontre que présentemen au Québec, qu’il y a très peu de compétition sur internet. L’avantage unique dont les PME quécoises disposent: la connaissance et la compréhension de la culture québécoise. C’est ce qui peut leur permettre de joindre plus facilement et efficacement lesinternautes québécois et s’adresser à eux d’une manière différente. Ce qui les interpelle encore plus, afin de leur proposer des produits et services qui correspondent beaucoup plus à leurs besoins.

Fier d’être québécois!

Il ne faut mettre de côté, le sentiment d’appartenance au Québec qui reste très fort. On aime « encourager » nos PME. Lorsque nos PME se démarquent, on préfère largement acheter « du Québec ».

Ainsi, si vous êtes un commerçant québécois qui avez des produits ou services à offrir et que vous ne faites pas de ventes en ligne, c’est le moment ou jamais de s’y mettre! Contactez-moi!


Vous avez des questions ou des commentaires sur ce sujet ?
Alors n’hésitez donc pas à compléter notre article avec vos propres conseils en commentaires 
Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.


Vidéo d’ arrière-plan : Six astuces pour réussir

Vidéo d’ arrière-plan : Six astuces pour réussir 0


Écrit et publié par : Éric St-Gelais.

Sources : Éric St -Gelais Web Design & Intégration Multimédia , https://graphiste.com

Image à la Une : courtoisie de  
Emailing.biz


Je ne vous ai jamais parlé de la vidéo d’ arrière-plan pour votre site Web ? Je vais tenter de vous démontrer avec quelques exemples simples qu’utiliser la vidéo en arrière-plan de votre site Web pouvait être un atout quasi incontournable afin de vous démarquer de votre concurrence et propulser vos internautes dans une expérience indescriptible.

Après ceci me croirez-vous ? Maintenant je vous offre quelques trucs simples afin de propulser votre vidéo d’ arrière-plan sur votre site Internet et ainsi impressionner vos visiteurs.


1. Demeurez cohérent

Si vous désirez diffuser une vidéo en arrière-plan de votre site Web, demeurez cohérent avec votre domaine. Il ne faut pas mettre n’importe quoi simplement pour animer votre site.

Vous avez ainsi la possibilité de placer en avant votre clientèle, votre place d’affaires, vos produits et services, votre image de marque ou encore vos valeurs par cette vidéo d’ arrière plan.

Vidéo arrière-plan cohérence

2. Sélectionnez une vidéo d’ arrière-plan courte

La longueur et la grosseur de votre clip vidéo vont avoir une grande influence sur la durée de chargement de toutes vos pages. Néanmoins, ceci n’est plus un grand secret. Le temps de chargement a un immense impact sur la qualité de l’expérience des internautes ainsi que le référencement
(SEO) et le positionnement de votre site Web sur les principaux moteurs de recherche.

Misez sur un clip vidéo d’une durée de 15 et 30 secondes afin d’obtenirenir un bon temps de chargement.


3. Surveillez la vitesse de votre clip vidéo

Si votre clip vidéo défile trop rapidement, les visiteurs seront perturbés et la lecture du contenu sera difficile pour ceux-ci. Vous risquez grandement de le faire fuir en quatrième vitesse.

Choisissez plutôt un clip vidéo assez lent, avec des transitions de plan doux, pour ne pas trop détourner l’attention de l’internaute.

Arrière-plan vidéo lente

Mais en revanche, selon les émotions que vous désirez démontrer à vos visiteurs, vous pouvez choisir une vidéo plus dynamique avec des transitions bien tranchées. Souvenez-vous, l’arrière-plan ci-dessous réussi à susciter la curiosité par son clip vidéo d’ arrière-plan. Toutefois, prenez note, qu’aucun texte n’est superposé durant cette vidéo.

Vidéo arrière-plan dynamique


4. Supprimez le son de votre clip vidéo d’ arrière-plan

Il vous ait surement déjà arrivé de naviguer sur un site Internet et d’entendre le son d’un clip vidéo sans que vous sachiez d’où il provient ? C’est tannant n’est-ce pas ?

Si votre vidéo d’arrière-plan est visible dès le départ, je vous conseille grandement de supprimer le son.

Votre visiteur ne désire pas être dérangé pendant sa lecture et sa navigation sur votre site. À lire aussi : L’usage du son en webdesign


5. Songez au contraste

Tel son nom l’indique, un clip vidéo d’ arrière-plan doit se positionner… en arrière-plan. Il ne doit pas devenir l’avant-plan, donc pas prendre le dessus sur le contenu principal.

Si vous désirez superposer du texte sur votre clip vidéo, assurez-vous qu’il y ait suffisamment de contraste pour que votre contenu demeure lisible en tout temps.

  1. Pour votre texte : choisissez une couleur et une typographie adaptées, qui se détachent suffisamment de votre clip vidéo.
  2. Pour votre vidéo :  vous pouvez modifier la luminosité, en l’assombrissant si votre texte est de couleur claire ou en l’éclaircissant si votre texte est de couleur foncée.
Contraste vidéo d'arrière-plan

6. Prévoyez une image de substitution

Le saviez-vous ? Les smartphones et tablettes ne prennent pas encore en charge les vidéos d’arrière-plan.

Selon lacouleur de fond d’écran que vous aurez sélectionnée par défaut sur votre page Internet et/ou votre site Web, votre contenu risque d’être illisible, voire invisible même, depuis l’un de ces supports.

Sélectionnez une image dans les mêmes tons, thème, ou même une capture de votre vidéo. Tout ceci, afin de remplacerle clip vidéo lorsqu’il ne pourra pas être visionner.


En suivant mes conseils, vous pourrez ajouter du dynamisme à votre site Internet sans trop détourner l’attention et faire déguerpir les internautes.


Vous avez des questions ou des commentaires sur ce sujet ?
N’hésitez donc pas à compléter notre article avec vos propres conseils en commentaires 
Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.


Email professionnelle : 7 astuces afin d’en créer

Email professionnelle : 7 astuces afin d’en créer 0

Écrit et publié par : Éric St-Gelais.

Sources : Éric St -Gelais Web Design & Intégration Multimédiahttps://www.codeur.com, https://www.iswissweb.com

Image à la Une : courtoisie de  
Éric St -Gelais Web Design & Intégration Multimédia


Avec 269 milliards de courriels propulsés chaque jour, on voit très rapidement que la messagerie électronique demeure maintenant le moyen de communication le plus utilisé au travail.

Toutefois, la signature d’un courriel fait partie de l’identité d’une marque de commerce. Elle définie son professionnalisme et devient un véritable outil et moyen de communication efficace.

Regardez mes 7 conseils afin de créer une signature de courriel de calibre professionnelle.


1. Identifiez nettement qui vous êtes

Cela peut sembler simple au départ, mais je préfèr tout de même le mentionner : votre signature de courriel doit démontrer clairement qui vous êtes.

Il ne faut pas écrire simplement votre nom et prénom.


2. Offrez plusieurs méthodes de vous joindre

Votre interlocuteur désirera peut-être vous contacter d’une autre façon que par courriel.

Votre signature personnalisée se doit contenir votre numéro de téléphone et votre courriel. Vous devez aussi ajouter votre adresse physique, votre pseudo Skype ou autres et des liens vers vos médias sociaux.

Alors que votre destinataire vous répond via la messagerie électronique, il découvrera que vous et vos services êtes des gens facilement joignables.

Lire aussi : Les 6 meilleures façons de communiquer avec vos clients

3. Insérez une photo de profil

 Visualisez ceci : vous échangez depuis quelques temps avec une personne par courriel, vous ne la connaissez pas et vous ne l’avez jamais vu en personne. Mais vous allez la rencontrer lors d’une conférence vidéo. Comment allez-vous vous reconnaître ?

En ajoutant une photo de profil dans votre signature de courriel. Vos interlocuteurs savent qui vous êtes. Ceci génère aussi beaucoup de sympathie à votre égard.

Pour donner plus de professionnalisme à vos courriels, utilisez la même photo que sur l’ensemble de vos communications et de vos médias sociaux.


4.Promouvoir vos activités

Votre signature d’email est aussi une très excellente occasion de faire la promotion de votre site Web, votre blogue ou vos produits et services .

Vous pouvez même aller plus loin en partageant des études de cas si vous échangez avec de potentiels clients.


5. Créez une signature pour la mobilité

Plusieur personnes consultent maintenant leurs emails depuis leur téléphone intelligent.

Si vous usez d’un générateur de signature d’email, assurez-vous qu’elle soit responsive.

Prenez soin que votre signature s’affiche bien dans le bas de votre email lorsque vous l’envoyez depuis votre smartphone. Cela sera beaucoup plus professionnel que la mention par défault « Envoyé depuis mon smartphone ».


6. Créez un design clair

Si vous utilisez un générateur de signature d’email vous aurez certainement la possibilité de personnaliser son aspect.

Cependant, demeurez avec un design simple et n’insérez pas trop d’éléments. La signature de vos courriels n’est pas votre biographie.

IMPORTANT : Votre signature ne doit pas être trop longue et ne doit pas faire plus 7 lignes.

Lire aussi : 7 idées pour créer des emails innovants

7. Demeurez cohérent avec votre image corporative

Peu importe ce que vous mettiez dans votre signature d’ email. Celle-ci doit représenter votre marque de commerce.

Ceci indique que vous devrez insérer votre logo et utiliser les mêmes codes couleurs ainsi que la même typographie.


En suivant ces conseils votre signature d’ email deviendra votre outil de communication de prédilection. Vous pourrez facilement faire la promotion de votre marque de commerce lors de vos échanges par email.

Vous avez des questions ou des commentaires sur ce sujet ?
N’hésitez donc pas à compléter notre article avec vos propres conseils en commentaires 
Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.
Marketing vidéo : Six utilisations gagnantes

Marketing vidéo : Six utilisations gagnantes 0

Écrit et publié par : Éric St-Gelais.

Sources : Éric St -Gelais Web Design & Intégration Multimédiahttps://www.codeur.com, https://www.iswissweb.com

Image à la Une : courtoisie de 
Éric St -Gelais Web Design & Intégration Multimédia


Il existe plusieurs méthodes d’intégrer la vidéo dans votre contenu marketing numérique. Vous êtes en panne d’inspiration ? Pas de stress, je vous dévoile aujourd’hui 6 façons afin d’utiliser la vidéo dans votre content marketing numérique.

Depuis que 62 % des recherches sur Google incluent une vidéo, ce sont tous les jours, près de 4 milliards de vidéos qui sont regardées sur la plateforme Youtube. Devant ces chiffres, il est très difficile de les ignorer et aussi ignorer l’importance de ce format pour votre stratégie de contenu  numérique!

1. Pour présenter ses produits

Avec la vidéo, vous pouvez plus aisément présenter vos produits à de nouveaux prospects.

Il vous suffit simplement de les présenter dans le quotidien des usagers et de les filmer sous toutes leurs coutures. L’internaute pourra ainsi bien mieux analyser votre produit et se voir avec, ce qui influencera souvent positivement sa décision d’aquérir votre produit.

Exemple : sur sa chaîne YouTube, Samsung propose des vidéos pour chacun de ses produits de télécommunication mobiles. Les aspects et caractéristiques positives de chaque produit sont mises en image, en valeur et ont un seul objectif qui est d’amener l’internaute à l’acheter.




2. Afin de diffuser sa nouvelle campagne storytelling

Le storytelling se défini comme l’art de faire la promotion d’une entreprise ou d’un produit avec une histoire souvent banale. C’est une méthode publicitaire bien ancrée dans les nouvelles habitudes de consommation, qui mise sur les émotions et valoriser certaines valeurs humaines, plutôt que des caractéristiques techniques du produit.


Axa utilise très bien le storytelling : avec une petite dose d’humour, l’entreprise fait subtilement la promotion de ses services d’assuranc

3. Afin d’éduquer ses prospects et clients

Si vous évoluez dans un secteur technique, la vidéo peut vous servir à vulgariser votre activité et éduquer votre auditoire.

Avec l’aide d’un simple clip ludique où des schémas s’animentet bougent tout en couleurs vives, vous avez le pouvoir de faire comprendre des concepts difficiles à appréhender pour Monsieur tout le monde.

Exemples : Thales est une industrie spécialisée dans la défense, l’aérospatiale et la sécurité de niveau mondial. Une activité qui parle peu au commun des mortels ! Afin de rendre accessible à tous ses prestations en les vulgarisant, l’entreprise propose souvent des animations afin d’expliquer ses nouveaux projets.


4. Publiez, proposez des tutoriels pour vos clients et prospects

La plus grande qualité de la vidéo est de diffuser les informations nécessaires de façon simple et très imagée. La vidéo peut donc servir pour de la formation, pour que vos clients et même vos employés sachent entièrement utiliser vos produits ou services.

Publiez des tutoriels simples et sympathiques afin que vos auditeurs tirent profit de leurs achats et augmentent leur satisfaction ! Cela les encouragera à se fidéliser et surtout à vous recommander auprès de leur proche.


Sephora utilise cette méthode et offre à ses clientes plusieurs tutoriels pour apprendre à bien se maquiller. Sephora les amène ainsi à se servir des produits proposés en magasin.

5. Faîtes visiter les coulisses de votre entreprise

Rendre humain ses sujets et contenus demeure toujours une technique payante ! Les utilisateurs adorent bénéficier de contenus en exclusivité, qui leur permettent de mieux appréhender votre entreprise et prendre une décision.

Ainsi, pourquoi ne pas leur faire visiter votre usine ou vos bureaux ? Présentez-leur les équipements utilisés pour vos produits ou les équipes qui travaillent sur le développement de vos services et votre service à la clientèle.

Tout ceci permet de s’appuyer sur leur besoin d’appartenance et d’augmenter leur sympathie pour votre marque de commerce.

Exemple : la compagnie Airbus n’hésite pas à montrer l’intérieur de ses installations et la façon dont sont assemblés les avions.

6. Faîtes la présentation et interviewer vos collaborateurs

Voici le dernier format de vidéos que vous pouvez publier. Il consiste en des interviews de collaborateurs de votre entreprise. Laissez-les s’exprimer sur leur métier, exposer leurs connaissances et leur implication au quotidien dans l’amélioration du produit/service que vous proposez.

Ce genre de vidéo a l’objectif d’humaniser vos communications, en présentant les collaborateurs, les artisans de l’entreprise, tout en valorisant votre expertise.

Face à des experts sûrs d’eux, qui démontrent leur connaissance du marché, les prospects se sentiront immédiatement rassurés sur votre professionnalisme.

Exemple : Leroy Merlin laisse ses employés s’exprimer pour présenter leur profession et leurs missions au jour le jour. C’est un genre d’interview qui fonctionne bien afin de mettre en valeur le savoir-faire et diffuser les valeurs de vos produits et services.


Vous avez des questions ou des commentaires sur ce sujet ?

N’hésitez donc pas à compléter notre article avec vos propres conseils en commentaires 🙂

Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.

Hameçonnage : Comment l’éviter ?

Hameçonnage : Comment l’éviter ? 0

Écrit et publié par : Éric St-Gelais.
Sources : Éric St -Gelais Web Design & Intégration Multimédia,https://ssd.eff.org
Image à la Une : courtoisie de https://www.rxtechnologie.ca

Sur la voie de l’amélioration de votre sécurité numérique, vous pourriez rencontrer des personnes malveillantes qui tentent de saper vos objectifs de sécurité. Nous appelons ces personnes malveillantes des adversaires ou des assaillants. Quand un assaillant envoie un courriel ou un lien qui semble anodin, mais qui est en fait malveillant, on appelle cela de l’hameçonnage.


Les formes de hameçonnage

Les attaques par hameçonnage se présentent souvent sous la forme de message dont le but ultime est de vous convaincre de :

  1. Cliquer sur un lien précis 
  2. Ouvrir un document qui vous semble important 
  3. Installer un logiciel espion sur votre système 
  4. Demande de saisir votre nom d’usager et votre mot de passe dans un site. Un site minutieusement copié qui est spécialement créé afin de ressembler à l’originale afin de duper sa victime.

Ces formes d’attaques par hameçonnage vous incitent par la tricherie, la ruse, la supercherie à révéler vos mots de passe ou à installer des programmes malveillants dans votre système. Les pirates peuvent utiliser des  programmes malveillants afin de contrôler votre système à distance, subtiliser vos renseignements ou tout simplement vous espionner.

Cet article vous mènera à  mieux repérer les attaques par hameçonnage quand vous en serez la cible et y serez exposé. Il vous aidera aussi à mieux définir quelques astuces pratiques pour vous en préserver.


L’hameçonnage de vos mots de passe (aussi nommé moissonnage d’identifiants)

Le pirate peut vous amener par la ruse et la tromperie à donner vos mots de passe en vous envoyant un lien trompeur. Les adresses Internet d’un message peuvent sembler avoir une destination facilement reconnaissable par le pigeon. Mais cependant envoyer vers une tout autre destination. Sur votre ordinateur, vous pouvez normalement voir l’URL de destination en posant votre curseur sur le lien. Mais les liens peuvent être déguisés avec des caractères qui se ressemblent ou en utilisant des domaines dans lesquels une seule lettre diffère du vrai, liens qui tentent de vous diriger vers une page en particulier et qui semble être la page d’un service que vous utilisez régulièrement, sans vous méfiez de rien, comme Gmail ou Dropbox.

Ces fausses pages de connexion ressemblent souvent tellement aux vraies qu’il est facile de se faire piéger et de taper vos informations de connexion. Vous l’avez fait ??  Alors, vous envoyez vos authentifiants de connexion aux pirates.

Mainetenant,  avant d’utiliser un mot de passe, vérifiez la barre d’adresse du navigateur Web. Elle affichera l’adresse réelle et le vrai nom de cette page Web. S’upposons un instant qu’elle ne correspond pas du tout au site Internet que vous pensiez vous connecter, arrêtez immédiatement ! Souvenez-vous ceci : que voir le logo d’entreprise sur une page Web ne confirme pas qu’il s’agit de la dite page. N’importe quel ti-coune peut copier un logo et modifier une page pour tenter de vous piéger.


Voici des Exemples :

Certains hameçonneurs utilisent des sites qui ressemblent à des adresses Web populaires pour vous berner :

  1. https://wwwpaypal.com/ est différent de https://www.paypal.com/.
  2. De la même façon, https://www.paypaI.com/ (avec un « i » majuscule au lieu d’un « L » minuscule) est différent de https://www.paypal.com/.
  3. Plusieurs pirates utilisent des raccourcisseurs d’URL pour rendre courte, les longues URL. Plus faciles à lire ou à taper au clavier,  elles sont souvent utilisées afin de cacher des destinations malveillantes. Si vous recevez une URL raccourcie comme un lien t.co de Twitter, tentez de la coller dans https://www.checkshorturl.com/ (site en anglais) pour voir où elle mène vraiment.

Enfin bref, rappelez-vous qu’il est simple de falsifier des courriels pour qu’ils affichent une fausse adresse de retour. Ceci veut simplement dire qu’il ne suffit pas de vérifier l’adresse courriel apparente de votre contact pour réellement valider qu’un courriel a bien été propulsé par la personne (souvent l’un de vos contacts) qui semble l’avoir fait, .


Le harponnage

Plusieurs attaques par hameçonnage touchent des centaines de millions d’usagers. Un bon pirate peut envoyer des courriels à des centaines de millions de personnes en prétendant avoir une vidéo impressionnante, compromettante etc. ou bien un document important ou un litige de facturation. Des félicitations pour un achat que vous n’avez certainement pas fait…  » Amenez-en des scénario !!! Ils s’en inventent à tous le heures…

Prudence est de mise

Mais parfois, les attaques par hameçonnage sont ciblées d’après quelque chose que le pirate connaît déjà à votre sujet. C’est  « le harponnage ». D’entrée de jeu , imaginez que vous recevez un courriel de votre cousin Jean-Paul qui affiche qu’il contient des photos des enfants. Puisque Jean-Paul a réellement des enfants et que le courriel semble provenir de son adresse, vous cliquez. Une fois que vous aurez ouvert ce courriel, un document en PDF y est joint. Dès que vous ouvrez ce document PDF, il peut même afficher des photos des enfants de Jean-Paul, mais il installe aussi en silence une cochonerie malveillante dans votre système qui est utilisé afin de vous espionner. L’oncle Jean-Paul n’a pas envoyé ce courriel, mais un pirate qui sait que vous avez un oncle Jean-Paul l’a fait. Le document PDF sur lequel vous avez cliqué a lancé votre visualiseur de fichiers PDF, mais a profité d’un bogue dans ce programme pour exécuter son propre code.

En plus de vous ouvrir un fichier PDF, il a en même temps, téléchargé son venim tel un serpent . Le venim étant un programme malveillant. Ces mêmes cochonneries malveillantes récupérent ha bituellement tous vos contacts et enregistrente ce que la caméra de votre appareil voit et ce que votre microphone entend.

Le meilleur moyen de vous protéger contre les attaques par hameçonnage et de ne jamais cliquer sur un lien ni d’ouvrir un fichier joint. Mais ce conseil est irréaliste pour la plupart des gens. Vous trouverez ci-dessous quelques façons pratiques de vous défendre contre l’hameçonnage.


Comment aider à se défendre contre

une attaque par hameçonnage

Garder vos logiciels à jour

Les tentatives de hameçonnage qui utilisent des programmes malveillants s’appuient sur des bogues de logiciel afin de s’introduire secrètement dans votre système. Normalement, une fois qu’un bogue est trouvé, l’éditeur du logiciel fera une mise à jour afin de le corriger.

Ceci veut dire que les logiciels plus obsolètes ont plus de bogues connus publiquement. Ils pourraient être utilisés pour aider à installer des programmes malveillants. En gardant vos logiciels à jour, vous réduisez les risques d’exposition aux programmes malveillants


Utiliser un gestionnaire de mots de passe  avec saisie automatique

Les gestionnaires de mots de passe qui saisissent les mots de passe automatiquement savent à quels sites Web ces mêmes mots de passe appartiennent.  Puisqu’il est facile de tromper un humain avec de simples fausses pages de connexion, le gestionnaire, lui, ne peut pas être dupé ainsi. Si vous utilisez un gestionnaire de mots de passe (dont le gestionnaire de mots de passe intégré à votre navigateur) et qu’il refuse d’en saisir un automatiquement, vous devriez valider sur quel site Internet vous vous trouvez. Astuce infaillible! Utilisez des mots de passe générés au hasard ou proposés par le site afin de vous amener à utiliser la saisie automatique et devenir moins apte à partager votre secret sur une page de connexion bidon.


Valider les courriels auprès de vos expéditeurs

Une manière de déterminer si un courriel est une attaque par hameçonnage est d’effectuer une vérification par un autre moyen de communication auprès de la personne qui est censée vous l’avoir envoyé. Si le courriel a prétendument été envoyé par votre banque, ne cliquez pas sur les liens dans le courriel. Appelez plutôt votre banque ou ouvrez votre navigateur et saisissez l’URL du site Web de votre banque. De la même façon, si votre oncle Paul vous envoie un fichier joint à un courriel, avant de l’ouvrir, téléphonez-lui et demandez-lui s’il vous a bien envoyé des photos de ses enfants.


Astuces : Ouvrez vos documents douteux sur le Disque Google

Certains s’attendent à recevoir des fichiers joints de personnes inconnues. Meilleur exemple, les journalistes, ils ont l’habitude de recevoir souvent plusieurs documents qui proviennent de sources inconnues. Cependant il estdifficile de vérifier si un document Word, une feuille de calcul Excel ou un fichier PDF n’est pas malveillant.

Dans tout ces cas, ne double-cliquez pas sur le fichier téléchargé. Envoyez-le plutôt vers votre Disque Google ou un autre visualiseur de documents en ligne. Ceci formatera le document en image ou page HTM. Il l’empêchera à peu près certainement d’installer un programme malveillant sur votre appareil. C’est simple !! Vous devez simplement êtes prêt à apprendre comment utiliser ces nouveaux programmes et à passer du temps à mettre en place un nouvel environnement pour lire les courriels ou les documents étrangers.


Méfiez-vous d’instructions transmises par courriel

Plusieurs courriels d’hameçonnage semblent provenir d’un service de soutien informatique ou d’une entreprise de technologie, et vous demandent d’envoyer vos mots de passe ou d’autoriser un réparateur en informatique à accéder à votre ordinateur à distance, ou encore de désactiver certaines fonctions de sécurité de votre appareil. Le courriel donnera peut-être une explication des raisons pour lesquelles cela est nécessaire en prétendant, par exemple, que votre boîte de réception de courriel est pleine ou que votre ordinateur a été piraté.

Si vous avez le moindre doute sur un courriel ou un lien qu’un contact vous a envoyé, ne l’ouvrez pas ou ne cliquez pas dessus tant que vous n’aurez pas validé la source en suivant les conseils ci-dessus afin de s’assurer qu’il n’est pas malveillant.


N’hésitez donc pas à compléter notre article avec vos propres conseils en commentaires 🙂

Vous avez des questions ou des commentaires sur ce sujet ?

Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.


Web Designer : 7 vérifications avant de livrer un site

Web Designer : 7 vérifications avant de livrer un site 0

Écrit et publié par : Éric St-Gelais.
Sources : Éric St -Gelais Web Design & Intégration Multimédia, https://www.aurone.com, https://www.codeur.com
Image à la Une : courtoisie de fotolia

En tant que Web Designer, la compétence repose entièrementment sur la qualité des sites que vous êtes apte à concevoir.

L’analyse et les tests font partie intégrante d’un projet car ce sont eux qui vous permettent de valider que le travail a été bien réalisé.

Voici une liste simple des éléments que vous devez absolument valider avant de livrer.


1. Le design du site Web pour un Web Designer

Afin de vérifier l’excellente qualité du design du site Web, prenez la place du client pour mieux assimiler la façon dont il souhaite que son entreprise soit perçue par les internautes.

Le Design doit être original et adapté pour tous les plateformes, tout en respectant les attentes du propriétaire.

Et même si vous proposez un design original, il est essentiel de respecter certains standards afin de ne pas perturber et faire fuir les futurs utilisateurs :

philosophie design web philosophie de Web Design |

  1. Bien utiliser l’espace disponnible
  2. Laisser des espaces blancs
  3. Éviter les images non pertinentes et le nombres et leur taille
  4. Prohiber tous les couleurs trop contrastées et des types et grosseurs de police frivoles

Lire aussi : Web design : comment garantir l’accessibilité d’un site web ?


2. La qualité de son contenu

De façon général, le contenu proposé doit être :

site Internet - Web-design et contenu

  1. Interactif (pas trop non plus )
  2. Bien lisible et bien écrit
  3. Court, net et précis, compréhensible rapidement

Souvenez-vous aussi que ce site Web sera proposé à différent internautes. Le texte et le contenu doit donc être approprié et pertinent.

Enfin bref, un contenu de bonne qualité passe par un bon français et par le respect des bonnes pratiques d’écriture. Vérifiez les fautes d’orthographe et de grammaire et respectez les règles de ponctuation.

Mon conseil

Afin d’obtenir du contenu de bonne qualité, faites appel aux services d’un rédacteur professionnel .


3. Les fonctionnalités

Alors que vous avez créé un beau site web esthétique, il ne sert à rien si ses fonctionnalités fonctionnent mal ou pas du tout.

Afin de valider la qualité du site Web, garder votre attention sur ses éléments :

  1. Les fichiers CSS et Javascript : assurez-vous qu’ils fonctionnent tous et bien. Corrigz les bugs.
  2. Les formulaires : effectuez plusieurs tests afin d’être certain que ces formulaires fonctionnent bien
  3. Les liens : validez que tous les liens fonctionnent bien (liens internes, externes, les menus, lien, like,vers les médias sociaux, etc.)
  4. La zone de connexion :  les abonnés, les utilisateurs, les clients et vos employés doivent pouvoir se connecter ou s’inscrire facilement sans aucun problème

Pour un site de commerce électronique, plusieurs autres éléments doivent être revisés, principalement :

  1. La possibilité d’ajouter ou supprimer un élément au panier
  2. La possibilité de s’inscrire ou de se connecter à son compte
  3. Le calcul des transactions

4. Le temps de chargement

Le temps de chargement du site est l’ultime but à atteindre pour l’expérience utilisateur et le référencement.

Afin que votre site Internet soit plus performant :

  1. Minimisez le poids des images
  2. Compressez vos fichiers statiques (html, css, javascript, etc.)
  3. Mettez en cache des ressources si nécessaire
  4. Validez la configuration du serveur (hébergeur) et la version PHP de la base de données

Vous pouvez utiliser cet outil gratuit Google PageSpeed Insights afin de tester la vitesse et le temps de chargement de votre site Web et connaître ses problèmes majeurs.


5. L’optimisation SEO (Search Engine Optimisation)

Même si le client ne vous l’a pas officiellement demandé, le site Web que je développe se doit d’être minutieusement optimisé pour le référencement naturel.

seo-search-engine-optimisation

J’ai déjà publié plusieurs textes sur le sujet  SEO dans lesquels vous trouverez de nombreux astuces afin de vous assurer que votre site Web est bien optimisé pour les moteurs de recherche.

Les incontournables :

  1. Les textes doivent être hiérarchisés avec des balises Hn (HTML)
  2. Chaque page doit contenir des balises Title et méta description uniques (HTML)
  3. Le maillage interne doit être soigné (Rédaction)
  4. Des mots-clés doivent être utilisés (moteurs de recherche)

** N’oubliez pas de produire un sitemap afin de le soumettre à Google. **


6. La sécurité de vos données

C’est la préoccupation principale, le site doit être sécurisé et protégé contre les éventuels piratages et autres types d’attaque.

La première chose à faire est de placer un système de sauvegarde des données (Base de données PHP). N’oubliez pas de tester la restauration !

Par la suite, protégez les dossiers les plus sensibles avec un .htaccess et mettez en place une connexion cryptée afin d’éviter que les données soient interceptées.

Il est aussi conseillé de réduire l’accès à l’interface d’administration seulement aux personnes habilitées pour cela.


7. La compatibilité entre les différents navigateurs

navigateurs populaire

Ce ne sont pas tous les internautes qui utilisent Google Chrome pour naviguer sur  le Web.

Alors, il est important de valider que votre site Internet s’affiche bien sur les autres navigateurs populaires, et ce, dans plusieurs versions.

Vérifiez par la même occasion que votre site est bien responsive et que l’affichage est correcte selon différentes résolutions d’écrans.


Enfin bref

Cette petite liste simple n’est bien entendu pas exhaustive. Alors, j’ai passé en revue, les principaux éléments qui se doivent d’être validés, mais il y a aussi de nombreux autres paramètres qui doivent regarder afin de vous assurer de la bonne qualité du site Web.


N’hésitez donc pas à compléter notre article avec vos propres conseils en commentaires 🙂

Vous avez des questions ou des commentaires sur ce sujet ?

Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.


Vidéo sur Facebook : 7 astuces pour les réutiliser

Vidéo sur Facebook : 7 astuces pour les réutiliser 0

Écrit et publié par : Éric St-Gelais.
Sources :Éric St -Gelais Web Design & Intégration multimédia, https://codeur.com, https://marketingland.com, https://digiday.com
Image à la Une : courtoisie de Éric St -Gelais Web Design & Intégration multimédia

La vidéo sur Facebook : faire l’usage des médias sociaux est devenu un incontournable afin de se faire connaître et remarquer auprès des internautes. Évidemment, une présence sur un média social comme Facebook est nécessaire.

Votre ligne éditoriale et votre calendrier doit comprendre des vidéos publiées sur d’autres plateformes populaires (YouTube, Vimeo, votre propre site internet même, etc. …) ?

Il faut savoir qu’il y a des règles à suivre afin de les publier également sur Facebook et atteindre vos buts et objectifs.


Effectivement, vous devez asbsolument adapter votre vidéo aux spécificités du média social. Comment l’adapter au mieux ? Voyez mes sept astuces !


1 : Choisir un bon titre percutant et écrire une petite description

Toute vidéo publiée sur FB doit absolument posséder un titre. Ce titre se doit d’être court tout en étant net, précis, explicite et percutant.

Il est impératif que votre titre soit accompagné d’une petite description de la vidéo, elle est aussi percutante et amène à la curiosité.

Ces simples informations encouragent les usagers à visionner en entier la vidéo dès qu’elle apparaît dans le fil d’actualité, mais aussi dans la partie « vidéos » de votre profil.


2 : Choisir la bonne durée de vidéo

Sur les médias sociaux, on surfe, on roule, nous recherchons presque tous l’instantannéité ! Autrement dit, on ne s’éternise pas.

Les usagers de Facebook, qu’ils soient sur téléphone intelligent, tablette ou sur leur PC et leur Mac, passent sur chaque contenu à une vitesse indescriptible, surtout s’ils ne recherchent rien en particulier.

En revanche sur YouTube, les utilisateurs viennent pour visionner de la vidéo. Ils acceptent plus facilement les clips de longue durée.

Maintenant, les vidéos démarrent automatiquement sur Facebook. Elles peuvent être perçues comme une nuisance, surtout si elles durent trop longtemps.


Mon conseil

Pour ne pas être passée avant même d’être regardé, vous devez réduire la durée de votre vidéo à environ 30 secondes.


3 : Un début attirant l’attention

Comme je viens de le mentionner, les clips sur FB se démarrent automatiquement.

Afin d’attirer une bonne audience, il est impératif de réaliser une introduction très percutante.

Il faut moins de trois secondes à un internaute pour se décider à poursuivre le visionnement d’une vidéo !


4 : Placer des sous-titres sur vos vidéos

Sur Facebook, 85 % des vidéos sont visionnées sans activer le son.

Vous devez donc ajouter des sous-titres afin de faciliter leur compréhension et inciter à l’action ! Ceux-ci sont  indispensables afin de faire passer votre message.

5 : Ajouter des graphiques

Parce que plusieurs personnes n’écouteront pas la bande-son de votre vidéo, vous devrez y inclure des visuels, tels des graphiques, des schémas ou des infographies.

Clairs, nets et précis, ils aident grandement à une meilleure compréhension de votre message.

6 : Choisir la bonne image en vignette miniature

Toutes vidéo possède une vignette associée.

Bien évidemment, cette vignette doit attirer l’œil et encourager l’internaute à cliquer pour voir la vidéo, surtout s’il se rend dans la section “vidéo” de votre page.


7 : Choisir un format carré de votre vidéo sur Facebook

Les vidéos destinées à être publiées sur Facebook doivent idéalement avoir un format carré.

Ainsi, elles seront plus agréables à regarder sur tous les supports. Les utilisateurs de smartphones n’auront pas à incliner leur téléphone. C’est un détail, mais ça compte !

En respectant ces bonnes pratiques, vos vidéos Facebook auront une meilleure portée et susciteront l’engagement. Vous pourrez alors accroître votre visibilité… et vos conversions !


Infolettre : faire ces vérifications avant son envoi

Infolettre : faire ces vérifications avant son envoi 0

Écrit et publié par : Éric St-Gelais.
Sources :Éric St -Gelais Web Design & Intégration multimédia, https://codeur.com, https://www.redacteur.com,  
Image à la Une : courtoisie de Fotolia

L’ infolettre est indispensable à votre stratégie numérique. L’ infolettre permet de partager aisément votre contenu et de demeurer en contact avec votre clientèle, vos lecteurs et vos prospects. Sa réalisation ne doit donc être prise au sérieux. 

Peut-être êtes-vous quelque peu stressé lors de l’envoi de votre infolettre. Votre message sera-t-il accessible pour tous vos abonnés ? Êtes-vous certain d’avoir inséré des liens sur tous vos boutons ?

Professionnel en marketing par courriel, la société Moosend a créé une infographie que vous ne pourrez plus vous passer et qui va nettement diminuer votre stress. Je vous la présente en y ajoutant quelques commentaires.

Voyez toutes les vérifications que vous devez effectuer avant d’envoyer votre infolettre à vos abonnés et vos listes de courriel. 


Faîtes une bonne première impression avec votre infolettre

Votre vérification initiale va valider l’apparence globale de votre infolettre, un  « template (modèle) » que vous  réutiliserai tout au long de votre campagne.

Pour le design, vous vérifierai que vos typographies se marient bien entre elles. Si vous hésitez entre plusieurs choix, et pour être convaincu de bien choisir, il ne faut pas hésiter à faire de l’A/B Testing en comparant vos différentes versions.

Autre aspect très important à prendre en considération : évitez à tout prix les « Dot not reply » car les usagers peuvent vous répondre s’ils ont des questions ou simplement s’ils désirent réagir à votre contenu. En leur offrant la chance de vous contacter vous recueillerai plus facilement les feedbacks.

Surtout ne pas oublié, selon votre cible et/ou le sujet de votre infolettre, vous pouvez utiliser différentes adresses courriels lors de l’envoi. En personnalisant ce paramètre et en le rendant cohérent avec votre infolettre vous améliorez grandement vos chances d’augmenter votre taux d’ouverture.

verification-infolettre-set


Tenez à jour vos listes de diffusion

Certainement vous avez un contenu ultra intéressant à diffuser et il serait déprimant que votre contenu n’arrive pas jusqu’à la boîte de réception de vos abonnés.

Votre infolettre doit être envoyée aux bonnes personnes. Si vous envoyez plusieurs types d’infolettres, vous pouvez créer plusieurs listes de diffusion   et choisir celle adaptée à votre thématique lors de chaque envoi.

Tenez à jour vos listes de diffusion en supprimant les courriels qui n’existent plus, les adresses des personnes ne souhaitant plus recevoir votre infolettre, etc. En vous effectuant régulièrement ce petit ménage, vous augmenterez vos statistiques, surtout le taux de rebond.

Enfin bref,  soyez certain d’envoyer votre infolettre qu’aux personnes qui se sont réellement inscrites pour la recevoir. Ce dernier conseil est très important et primordial.

checklist-infolettre-moving


Soignez l’esthétique et la présentation de votre infolettre

Bien que vous avez fait toutes les vérifications nécessaires afin que votre infolettre parvienne à plus d’abonnés possible. Portez une attention particulière sur la présentation de votre infolettre.

Débutez en vérifiant que votre infolettre possède un titre accrocheur. Le but ultime est de susciter la curiosité afin de donner envie à vos abonnés d’ouvrir votre message et lire votre contenu.

Vérifiez que vous avez ajouté suffisamment de boutons ( call action ) afin d’inciter vos abonnés à passer à l’action. D’ailleurs, pour améliorer vos futures infolettres vous devrez évaluer le taux de clics sur chacun de ces boutons. Il est donc indispensable d’ajouter des balises UTMs à la fin de vos URLs. Pour que Google Analytics puisse tracker les clics.

D’autres éléments incontournables doivent apparaître dans votre infolettre :

  1. De bonnes images de qualité pour lesquelles vous avez bien renseigné des balises Alt,
  2. Une partie contact,
  3. Des liens vers vos différents médias sociaux,
  4. Un lien pour se retirer de la liste.

Enfin bref, je ne le dirai jamais assez, mais votre infolettrer doit être responsive pour que vos abonnés puissent consulter votre contenu quel que soit la plateforme utilisée.

infolettre -checlist-fancy


Testez votre infolettre

Votre infolettre est presque terminée. Cependant, vous devez encore la vérifier et valider à quoi ellele rendu selon les types de messagerie utilisés.

Effectivement, visuellement un courriel présenté de la même façon sur Gmail, Outlook ou autres applications Mail. Vous devrez donc peut-être faire quelques légers changements afin d’optimiser l’apparence de votre infolettre.

Le meilleur technique pour tester l’intégralité de votre infolettre est de vous l’envoyer. Vous pourrez valider que les images s’affichent adéquatement et que tous vos liens fonctionnent bien.


infolettre verification-news-test


Préparez l’envoi de votre infolettre

Votre infolettre est prête à être diffusée ?

Validez qu’elle est bien programmée, et ce, au bon moment.

Vous pourrez aussi vous permettre d’en faire la promotion sur vos médias sociaux. Vous allez créer l’intérêt et un rendez-vous afin de donner envie à tout ceux qui ne sont pas encore abonnés de s’inscrire à votre infolettre.

envoi- infolettre -verifications


Ne manquez pas le bateuau !

Plus que quelques instants avant l’envoi de votre infolettre… Validez que vous faites parti de la liste de diffusion. Vous pourrez ainsi vous appercevoir si l’heure d’envoi est bien adaptée et vous obtiendrez une meilleure impression de l’expérience utilisateur que vous proposez.

apres-envoi- infolettre

En validant avec attention l’ensemble des éléments mentionnés ci-avant. Vous obtiendrez une infolettre de qualité, vous offrant ainsi de meilleurs taux de d’ouvertures et de clics.


Vous avez des questions ou des commentaires sur ce sujet ?

Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.


L’ achat vocal : le futur du e-commerce ?

L’ achat vocal : le futur du e-commerce ? 0

Écrit et publié par : Éric St-Gelais.
Sources : Éric St -Gelais Web Design & Intégration Multimédia,https://codeur.com, https://blog.hubspot.com, http://www.edisonresearch.com, 
Image à la Une : courtoisie de Éric St -Gelais Web Design & Intégration Multimédia

Effectuer un achat vocal  en ligne en utilisant simplement sa voix. Cela semble un peu insensée , vous me direz… Et pourtant! Avec le développement des enceintes intelligentes connectées (smart speakers), l’achat vocal en ligne commence à émerger.

C’est exactement le sujet d’une étude de HubSpot qui fait le point sur l’usage des enceintes intelligentes connectées (smart speakers) et amène de toutes nouvelles pistes sur le futur de l’achat vocal en ligne.


L’achat vocal en ligne avec des enceintes intelligentes connectées (smart speakers)

À cette question-ci ;

“Avez-vous déjà utilisé une enceinte connectée pour faire un achat vocal ?”, 30 % des personnes interrogées répondent Oui.

** 49, 4 % des répondant indiquent que non,

** tandis que les 20, 5 % restant ne possèdent pas d’enceintes intelligentes connectées (smart speakers)

achat vocal


Cette enquête démontre aussi une petite différence entre les États-Unis et le Royaume-Uni, où les participants au sondage ont notamment répondu : “non”.

Si ces chiffres semblent démontrer que l’ achat vocal en ligne est peu utilisé, ils pourraient aussi simplement refléter une adoption encore faible des enceintes intelligentes connectées (smart speakers).

achat vocal-2


Le prochain graphique démontre la part des différents utilités que les répondants font des enceintes intelligentes connectées (smart speakers). :

achat vocal 3

On peut observer que plus de la moitié (51, 1 %) n’utilisent pas des enceintes intelligentes connectées (smart speakers), ce qui mène directement dans le sens de l’hypothèse démontrée plus haut : le taux d’utilisation de ces enceintes intelligentes connectées (smart speakers) n’est encore  populaire.

Cependant, chez les personnes qui font l’usage des enceintes intelligentes connectées (smart speakers), on retrouve les utilisations sages suivantes :

  • Consulter la météo (12, 3 %) ;
  • L’ achat vocal (10, 4 %) ;
  • Poser des questions par le biais de la recherche vocale (8, 9 %) ;
  • Écouter des balado-diffusions (6, 9 %) ;
  • Suivre l’actualité médiatique (5, 4 %).

Si les enceintes itelligentes connectées demeurent encore peu utilisées pour effectuer des achats en ligne, il faut regarder 2 aspects :

  • Une majorité de personnes n’utilise pas (encore) ce type d’appareil ;
  • Le shopping est, mine de rien, le deuxième usage le plus répandu des smart speakers (derrière la météo).

CONCLUSION :

Une autre étude publiée par HubSpot amène aussi une clé de compréhension intéressante :

Cette étude nous démontre effectivement que l’ajout d’un article à une « shopping list » est l’un des usages les plus populaires des enceintes connectées.

Ce qui ne signifie pas nécessairement effectuer un achat, entendons-nous bien.

Plus intéressant encore : cet usage est moins prisé par les “First Adopters” (les premiers à avoir acquis des smart speakers, dès leur apparition) que par les “Early Mainstream” (c’est-à-dire les acheteurs un peu plus tardifs).

Ceci tente de démontrer que, plus les enceintes intelligentes connectées seront utilisées par des “acheteurs tardifs”, plus elles seront utilisées pour des achats en ligne (ou pour des tâches liées à un  simple achat).

Cependant ceci n’est que supposition, et on ne peut pas dire réellement que l’achat vocal en ligne deviendra la nouvelle  mode e-commerce de demain.

Mais, avec l’apparition grandissante de ces nouveaux appareils, il faudra regarder de plus près ce nouveau phénomène au cours des années futures.


Les enceintes intelligentes connectées (smart speakers) Comment ça marche ? 

Afin de mieux savoir comment bien utiliser votre smart speaker et en connaître plus sur ce sujet  suivez ce lien !


Vous avez des questions ou des commentaires sur ce sujet ?

Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.