Dossier: Piratage Sony, les hackers viendrait de la Corée du Nord ? 3.0 0

Reportage écrit et publié par : Éric St-Gelais
Source: Comment ça marche.net / la Presse / Wikipédia
Photo à la Une: © Sony.

Les hackers informatique qui ont attaqué le géant Sony Pictures viendraient probablement de la Corée du Nord. La direction de Sony a de très gros doutes et soupçons.

Hier, Sony Pictures était le sujet de mon reportage dans le Dossier: Chez Sony Pictures du piratage et chantage 1.0 de grande ampleur. Un mystérieux et inconnu groupe de hackers, nommé « GOP », signifiant, ce qui semblerait, « Guardian Of Peace », indiquait détenir des donnéessensibleset secrètes et menaçait de les divulguer en les publiants, s’il n’obtenait pas leurs revendications.

Ces données interceptées sont loin d’être de simples données mineures et sans aucunes importances. Justement, il s’agit de données budgétaires, administratives, personnelesls sur les salariés et les acteurs, mais surtout les productions de  films qui ne sont pas encoredans les salles de cinéma ou en plateforme DVD. Concrètement, cela se calcule en  plus de 11 To de contenus. Ceci représenterait une énorme perte pour Sony  Picture si ces même films étaient tous publiés sur internet et visionnée gratuitement en grande qualité par les internautes cinéfiles, qui sont de part le fait même, des clients des salle et de Sony et de tous ses distributeurs.

 

 

Kim Jonq-Un

Kim Jonq-Un

Photo courtoisie de : http://www.borgenmagazine.com/

 Sony Pictures mène sa propre enquête, mais le géant aurait déjà des gros et forts importants soupçons.

Selon le site Re/Code, le piratage par des hackers aura, peut-être, été orchestré via la Chine pour le compte de la « Susceptible » Corée du Nord.
Dans une des liste des données soutirées à Sony Picture, il y a le film « The Interview », qui devrait être en salle aux fêtes. Ce film, une comédie, parle d’un complot de la CIA pour éliminer Kim Jong-Un. Tourné en parodie, les comédiens Seth Rogen et James Franco tentent de se faire passer pour des journalistes pour pouvoir approcher le dictateur et l’effacer de la surface de la planête. Le scénario a beaucoup déplu à Kim Jonk-Un. Le gouvernement de la Corée du Nord a clairement menacé la firme Sony Pictures de « vengeance implacable » et de fortes représailles, si le film sortait. Le piratage pourrait, donc, être en lien avec ces menaces. Un bon moyen de récupérer l’oeuvre, est d’empêcher sa sortier sa sortie et démontrer à Sony de quoi ils sont capables et aptes à agir.

Ces soupçons peuvent sembler étranges, mais la Corée du Nord a déjà agi de cette façon dans le passé. Effectivement, en 2013, deux grands réseaux de télévision sud-coréens ont subi le même sort que SONY, soit une attaque de sa part.

Réaliser et intenter une attaque informatique de ce genre et par surcroit d’une telle ampleur pour éviter la sortie d’un film n’est pas surprenant des dirigeants de la Corée du Nord. Cela serait démesuré et le nom « Guardian Of Peace » ne serait pas approprié !
Sony n’a pas commenté la publication du site. Il faudra patienter pour en savoir plus.

Photo: © Sony.