Emploi : 3 obstacles perçus à l’entrevue 0

Cet article est un exemple de ce que je peux rédiger pour les blogues de mes clients. Je peux rédiger des articles du même niveau de qualité pour votre blogue d’entreprise ou votre organisation.



OBSTACLE # 1 :

Quand votre corps trahit votre stress en entrevue

La nervosité ressentie lors d’un entretien d’embauche est tout à fait normale, et même légitime. Cependant, lorsqu’elle est mal gérée, elle peut laisser une mauvaise impression à l’évaluateur et nuire à la perception que ce dernier a de vous.

EMPLOI : Nous verrons ici maintenant dans ce billet les trois obstacles majeurs qui sont perçus à l’entrevue par les chercheurs d’emploi

Il importe et donc très important de prendre conscience de ces messages contradictoires que lance votre corps et votre non verbal afin de vous ajuster dans votre approche et de mieux encore vous préparer en conséquence de ce qui pourrait se produire lors de la rencontre.

Il n’est absolument pas nécessaire  vouloir « tout contrôler»   sur les effets sur votre corps physique;  car vous n’en paraîtriez que plus étrange et plus faux. Cependant , il est certain que vous pouvez prévenir à l’avance plusieurs réactions.

Vos glandes salivaires par exemple…

Dès le moment ou nous sommes stressés, nos glandes salivaires cessent partiellement ou totalement de fonctionner. C’est ainsi  pour cette même raison que lorsque vous faites un exposé devant un groupe, vous avez la bouche qui sèche immédiatement durant les premiers instants de l’exposé, soit jusqu’à ce que le stress commence à diminuer.

Alors, prévoyez donc une bonne hydratation avant d’entrer dans les lieux ou se déroule l’entrevue de votre employeur potentiel et futur. Évitez tout ce qui assèche la bouche, café, cigarettes en exemple, et aussi apportez avec vous discrètement une bouteille d’eau. Prenez une bonne gorgée en vous assoyant dans la salle d’attente avant d’enter dans le local de l’entrevue. Il faut absolument éviter les gommes et les pastilles, qui ne permettent pas une bonne élocution claire, nette , précise et distincte et son considérer comme un manque de savoir vivre et manque à l’éthique professionnelle

Les démangeaisons

Lorsque votre corps est en état de stress important, il cherche surtout à se protéger. votre circulation sanguine s’accélère et il présente des micros démangeaisons localisées que vous connaissez surement. Non, ce ne sont pas des tics, même si la sensation forte de picotement ne se fait pas  sentir à tous les fois. Attention , ne pas se gratter car se gratter réduit l’activité électrique de certains neurones. Le grattement détend, oui! Mais, plus la peau devient irritée par une le stress ajouté à une déshydratation et des tissus agressant, alors dès ce moment non désiré, plus les démangeaisons seront importantes et prendrons toute la place .

Donc, assurez-vous d’avoir une peau bien hydratée par une crème spécialisée et des vêtements doux et propre au toucher afin de réduire le taux de démangeaisons. Il vous est impossible de les éliminer entièrement, cependant vous aurez moins l’air fou et vous ne serez pas susceptible de souffrir d’urticaire et contaminer votre entretien d’embauche. Prenez tout le temps aussi de prendre de grandes respirations pour vous aider à ralentir votre rythme cardiaque et ainsi réduire la dilatation de vos  vaisseaux sanguins. Ça vous pique partout dès que l’on vous pose une question piège ou plus difficile ou plus gênante? C’est tout à fait normal. Alors respirez donc un grand coup pour vous détendre et ensuite répondez.

Votre regard est primordial

Dans tous les situations de stress votre cerveau a subitement la fâcheuse tendance à rechercher un certain réconfort. Ceci vous occasionne le réflexe, bien inconscient, de jeter un coup d’œil vers une source de lumière et de quitter les yeux de votre intervieweur  : fenêtres, lampes et autres éléments lumineux. Ainsi votre regard paraîtra donc fuyant et sera interpréter ainsi involontairement. Tentez donc, dans la mesure du possible, de vous positionner pour que les sources de lumière soient derrière vous et non sur votre côté. Ainsi vous ne pouvez pas contrôler le réflexe de défocalisation, mais vous pouvez choisir en partie votre positionnement dans l’environnement.

 La Micro préhension

Lorsque le stress est trop intense, souvent le corps cherche à se stabiliser et se sécuriser en s’agrippant à des objets à portée de vos mains, exemples: les bras du fauteuil, le verre d’eau devant vous. Vos doigts peuvent aussi s’entrecroiser, se faire craquer ou  même se glisser entre vos cuisses. Essayez le plus possible de garder vos deux mains sur la table  bien devant vous. Car ceci vous obligera naturellement à avancer et garder votre torse bien droit et donc à demeurer physiquement présent et solide dans la communication malgré le grand stress imposé.

Ayez du recul

Face à des évaluateurs que l’on trouve difficiles et compliqués à convaincre de nos arguments, nous avons tous tendance à prendre une certaine distance et donc à se camper bien loin profondément dans le fauteuil, voire même, à reculer ce fauteuil. Ceci est une réaction absolument très humaine, mais ce n’est pas l’action idéale dans ce moment-là. Assurez-vous que tout le poids de votre corps soit bien au centre soit non reculé ou trop avancé. Veillez à ce que votre colonne demeure  bien droite.

Pratiquez-vous avant d’aller faire un entretien d’embauche qui vous semble potentiellement intéressante. Il vous est complètement impossible d’éliminer tout le stress, mais vous pouvez vous pratiquer à le réduire à son minimum et faire des entrevues et aussi de vous filmer. Votre corps va alors vous révéler les questions et réponses dont vous avez besoin de savoir pour ce pourrait vous embêter et vous pourrez ainsi élaborer davantage vos réponses et votre attitude. Plus vous serez prêt pour votre entretien, moins grand sera votre stress.

OBSTACLE # 2:

Comment bien répondre à cette fâcheuse question «Parlez-moi de vous» ?

«Parlez-moi de vous»… En voilà une question qui place un  bon nombre de candidats mal à l’aise et fait augmenter en flèche votre niveau de stress! Pourtant il s’agit d’une simple question absolument incontournable en entrevue, et à laquelle il est facilement et aisément possible de bien y répondre et s’y soumettre. Car nous sommes tous certains qu’elle surviendra à tous moments, avec les autres questions du genre qui sont inséparables et indissociables tels que  «pourquoi t’embaucher», «quel est ton pire défaut» et «où te vois-tu dans 5 ans», mieux vaut bien se préparer à y répondre.EMPLOI : Nous verrons ici maintenant dans ce billet les trois obstacles majeurs qui sont perçus à l’entrevue par les chercheurs d’emploi

 DES TRUCS ET ASTUCES!

Un petit truc et astuce bien simple, remémorez-vous que le recruteur est parfois  aussi nerveux que vous lui aussi. Il veut et tient à vous offrir un moment  fort agréable, afin que vous partiez à la fin de l’entrevue avec une image très positive de la compagnie. Cette  simple question est sa méthode afin de briser la glace entre vous deux. Il n’a probablement pas eu assez de temps pour décortiquer votre CV et d’en connaître les grandes lignes, alors, en d’autres mots, il vous demande simplement: «Que devrais-je savoir sur toi?», «Aide-moi à comprendre ton parcours». Après seulement quelques instants, il connaîtra mieux les points les plus importants de votre candidature et de votre CV. C’est pour cela que ces questions sont posées au presque toujours au départ de l’entrevue.

  • Les recruteurs désirent vous aimer et vous apprécier! Donnez-leur donc l’occasion de bien commencer la séance en faisant preuve d’enthousiasme et de motivation par rapport au poste convoité;
  • Ils mesureront vos talents, compétences, habiletés communicationnelles, votre présentation, votre structure, votre capacité d’introspection, votre modestie (ou bien votre vantardise si c’est la cas!), votre confiance en vous et votre niveau de préparation; donc votre intérêt pour le poste et la compagnie.
  • Projetez-vous prenant l’ascenseur: vous devez vous montrer professionnellement à un étranger en l’espace de quelques étages seulement! Les  bons vendeurs et les meilleurs relationnistes utilisent souvent ce truc au quotidien dans leur travail;
  • Finalisez et concluez avec une phrase qui fera  sourire votre recruteur. Un recruteur qui rit, c’est un recruteur presque conquis et dans la poche!

LA GRANDE QUESTION DEMEURE TOUJOURS : QUEL SUJET ABORDER:

  • Votre emploi ou votre spécialité;
  • Comment vous vous démarquez des autres ( vos qualités, vos forces);
  • Vos aspirations dans la vie et au travail et votre motivation à changer d’emploi.

Voici un exemple plus concret:

Je suis un coordonnateur administratif avec 15 années d’expérience, dont 10 ans dans un milieu scolaire. Depuis le début de ma carrière, je m’assure d’être à jour au niveau de mes connaissances. C’est pour cette raison que je me suis l’année dernière inscrit au Certificat en administration. Le poste que vous offrez m’intéresse beaucoup, puisqu’il me permettra de grandir, tout en demeurant dans le domaine qui me passionne, l’éducation. En termes de personnalité, je suis méticuleux, dévoué et je carbure aux journées chargées. On me dit que j’ai une très belle plume ! Je suis aussi quelqu’un de jovial, social, attentionné et j’aime faire rire mon entourage et les mettre à l’aise… d’ailleurs, j’espère que je réussirai à vous faire rire cet après-midi!

NE PAS FAIRE :

  • Discréditer votre ancien employeur;
  • Vous lancer dans une conversation trop longue. Une à deux minutes au maximum seront suffisantes;
  • Se laisser aller dans le trop personnel (enfance, hobby, famille etc…) ou de voir votre réponse comme une biographie ou un compte-rendu détaillé de votre vie;
  • Parler directement de vos défauts, car c’est le temps de se vendre;
  • Ne jamais poser cette question: «Que voulez-vous savoir exactement?»;
  • Ne jamais demander si votre réponse est correcte ou suffisante.

Enfin bref, les premières minutes sont cruciales et déterminantes. Ainsi en suivant ces quelques conseils et en ayant une bonne préparation, vous réussirez surement à bâtir un climat positif dès le départ et votre stress diminuera ce qui améliorera grandement vos chances de faire bonne impression.

Souvenez-vous, c’est toujours la première impression qui compte!


OBSTACLE #3

Les geste et comportements qui peuvent vous tuer en entrevue

Ne pas réussir l’entrevue pour l’emploi désiré et convoité après un entretien qu’on croyait avoir réussi est très frustrant et déprimant voir même, dévalorisant. Nous devons tous savoir, que le recruteur évalue en principe beaucoup plus vos compétences et vos connaissances: il  fait une analyse rapide de l’ensemble de votre personnalité. Votre manière de vous exprimer et vos comportements non-verbaux en disent beaucoup plus long sur vous que vous pouvez l’imaginez. Comme le dit l’adage populaire : «On a jamais deux fois l’occasion de faire une bonne première impression!»
EMPLOI : Nous verrons ici maintenant dans ce billet les trois obstacles majeurs qui sont perçus à l’entrevue par les chercheurs d’emploi

Voici quelques comportements que vous devez à tout prix éviter de reproduire lors de votre prochain entretien.

1. Critiquer  vos anciens patrons ou collègues

Il n’y a rien de bien de dire du mal d’autrui ou de vos anciennes jobs lors d’une entretien d’embauche.  Car, agir ainsi démontre à coup sur que vous pourriez faire de même avec vos nouveaux patrons et collègues. Pire encore, l’intervieweur pourrait bien connaître la personne visée par vos commentaires négatifs et valoriser le point de vue de cette personne au dépend du vôtre. N’oubliez pas que le monde des affaires n’est pas très  vaste et que le monde est souvent plus petit que l’on le pense et que les gens des ressources humaines ont un vaste réseau de contacts au travers de leur univers et de leur domaine d’expertise.

2. Ne jamais  surévaluer vos compétences

Mentir sur vos expériences dans tel ou tel domaine  simplement pour plaire au recruteur pourrait vous attirer bien des troubles si vous obtenez le poste en question. Ainsi, ce n’est pas parce que vous avez été engagé que vous êtes protégé car vous devez faire votre période d’approbation. Vous pourriez  facilement être démasqué assez rapidement et avoir à recommencer votre recherche d’emploi avec une  grosse tache sur votre CV. Lors de vos entrevues, soyez  prudent, vigilent et apprenez à vous mettre en valeur sans mentir et dénigrer personne, tout en respectant vos  seules limites.

3. Ajuster ne veut pas dire changer votre personnalité en fonction de ce qui est attendu

L’intervieweur connaît à fond l’entreprise pour qui il recrute, le poste et ses responsabilités il les connait aussi, mais il ne sait que très peu de choses sur vous… même à la suite d’une heure d’entrevue. Même si vos expériences et compétences semblent parfaitement correspondre exactement à ce qui est demandé et recherché, il restera très important de prendre en compte tous vos intérêts, votre plan de carrière et vos passions dans la vie et envers le travail. Tout le monde, même ces personnes qui vous cuisinent de questions difficiles, ont votre réussite et votre satisfaction professionnelle à cœur. Ils souhaitent tous que la personne qui sera embauchée reste en poste (ou du moins au sein de l’entreprise) le plus longtemps possible. Chose faisante, n’hésitez surtout pas à poser des questions en lien avec l’emploi , les gens et l’entreprise, ou tout autre élément que vous jugez bon et pertinent pour obtenir la meilleure adéquation possible et ainsi faire meilleure impression possible et vous démarquer de vos concurrents.

Au terme et au final, l’important pour les  deux parties est d’avoir la bonne personne et le bon poste. Analysez bien toutes  les possibilités, voyez-vous dans celles-ci à long terme et montrez-vous sous votre meilleur jour dès que la bonne occasion se présentera et le succès suivra certainement.


Eric St-Gelais logo